En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal logo SOERE PRO Logo CIRAD Logo AnaEE Logo IRD Logo Ouagadougou university

valOr PRO : valorisation agricole des Produits Résiduaires Organiques SOERE PRO

Simulations simultanées de l'absorption dans les plantes et de la lixiviation dans les eaux souterraines de cadmium et de plomb pour les terres arables amendées avec du compost ou du fumier de ferme

Charlotte N. Legind (1), Arno Rein (1), Jeanne Serre (2), Violaine Brochier (2), Claire-Sophie Haudin (3), Philippe Cambier (3), Sabine Houot (3), Stefan Trapp (1)

Legind & al., 2012
PLoS ONE 7(10)

Les déchets organiques recyclés en agriculture peuvent contenir divers métaux et micropolluants organiques pouvant être nocifs pour les écosystèmes. Cependant, l’absorption de métaux par les plantes est difficile à évaluer car elle est couplée à d’autres processus [1] tels que le bilan hydrique [2] et la lixiviation. Dans cette étude, l’équilibre en eau du sol, l'absorption dans les plantes et la lixiviation de cadmium (Cd) et de plomb (Pb) dans les eaux souterraines ont été simulés simultanément à l'aide d'un modèle d'absorption physiologique des plantes et d'un modèle de transport de l'eau et des solutés.

Résultats majeurs

L'amendement des sols avec du compost ou des boues d'épuration est bénéfique pour la fertilité du sol en raison de la teneur élevée en matière organique et des effets positifs sur la libération d'éléments nutritifs. Par ailleurs, les amendements peuvent contenir divers métaux et micropolluants organiques susceptibles d’entraîner des effets néfastes potentiels sur les écosystèmes terrestres et la santé humaine. Il est donc important d’évaluer l’absorption de métaux des plantes après amendement de produits résiduaires organiques (PRO).

De nombreux facteurs influent sur l'absorption de métaux lourds par la végétation, notamment leur solubilité dans l'eau. En effet, les espèces métalliques dissoutes sont transportées avec l’eau dans les plantes. Les plantes modifient également le bilan hydrique du sol: environ 2/3 de l'eau précipitée est transpirée dans la plupart des écosystèmes [3]. En été, l'évapotranspiration est généralement plus élevée que les précipitations et le sol s'assèche. De ce fait, le lessivage de l’eau et des solutés dans les eaux souterraines est également réduit ou stoppé. D'autre part, l'absorption d'eau et de soluté dans la végétation dépend également de la distribution et de la disponibilité des deux dans le sol. En conséquence, l’équilibre en eau, le transport des solutés, la lixiviation vers les eaux souterraines et l’absorption par les plantes de soluté et d’eau sont des processus couplés.

L’objectif de ce travail est de présenter et de tester un modèle pour la simulation du transport couplé de l’eau et des métaux lourds dissous, de leur absorption dans les cultures et de la lixiviation de l’eau et des solutés dans les eaux souterraines (figure 1).

journal.pone.0047002.g007

Figure 1:

Figure 1 : Processus et compartiments du modèle couplé de transport de solutés, bilan hydrique et absorption par les plantes. W: teneur en eau, GW: eau souterraine, CGW: concentration en eau souterraine, CW: concentration en eau interstitielle du sol.

Les simulations réalisées ont été comparées aux résultats d'une étude expérimentale de dix ans sur le terrain, dans laquelle quatre amendements organiques ont été appliqués tous les deux ans (figure 2). Les concentrations prévues ont légèrement diminué (Cd) ou stagné (Pb) dans les sols témoins, mais ont augmenté dans les sols modifiés d'environ 10% (Cd) et de 6% à 18% (Pb). L'absorption estimée par les plantes était inférieure dans les parcelles modifiées, en raison d'une augmentation de Kd (coefficient de partage sol sec-eau). Les concentrations prévues dans les plantes étaient proches des concentrations mesurées dans les résidus de plantes (paille), mais supérieures aux concentrations mesurées dans les céréales. Initialement, on prévoyait que le plomb se déposerait dans les plantes (82% en 1998); les années suivantes, l'absorption par le sol est devenue dominante (30% de l'air en 2006), en raison de la baisse des niveaux dans l'air. Pour le cadmium, l'absorption prévue par l'air dans les plantes était négligeable (1 à 5%).

journal.pone.0047002.g006

Figure 2:Aperçu du terrain et étude de simulation. Pour le blé et l'orge, le point de départ de la croissance a lieu après l'ensemencement.

En conclusion, la comparaison entre les concentrations simulées et mesurées dans les sols et les plantes a montré un bon accord général, mais également certains écarts. L'absorption dans les plantes en utilisant le flux d'eau et la concentration en métaux lourds dans l'eau interstitielle du sol a donné des concentrations comparables à celles mesurées dans les feuilles et les tiges, mais l'approche ne semble pas applicable aux concentrations en grains.

Cliquer ici pour accéder à l'intégralité de l'article

Références

1. McLaughlin MJ, Smolders E, Degryse F, Rietra R (2011) Uptake of metals from soil into vegetables. In: Swartjes FA, editor. Dealing with contaminated sites. Springer, Dordrecht. 325–367.

2. Sauve S, Hendershot W, Allen HE (2000) Solid-solution partitioning of metals in contaminated soils: Dependence on pH, total metal burden, and organic matter. Environ Sci Technol 34: 1125–1131.

3. Larcher W (1995). Physiological Plant Ecology. Springer, Berlin, Germany.

Affiliations

1 Department of Environmental Engineering, Technical University of Denmark, Lyngby, Denmark

2 Veolia Environnement – Research and Innovation, Rueil-Malmaison, France

3 INRA, UMR 1091 Environment and Arable Crop Research Unit, Thiverval-Grignon, France