En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logos Tutelles

SPS - Saclay Plant Sciences

Hommage à Jacques Tempé (1935 - 2020)

Jacques Tempé
Jacques Tempé, né près de Colmar, région à laquelle il restait très attaché, est décédé le 29 juillet 2020 à 85 ans, à Saintes.

A l’heure où les plantes génétiquement modifiées se développent partout dans le monde, mais restent un objet de débat en Europe, peu connaissent aujourd’hui la contribution majeure de Jacques à la découverte des transferts d’ADN des bactéries du genre Agrobacterium vers les plantes.

Jacques Tempé s’était passionné pour la Biochimie, alors qu’il était encore étudiant à l’Institut National Agronomique, grâce au cours et à l’écoute du Prof. Henri Heslot. Une fois son diplôme obtenu, il avait rejoint l’Ecole Polytechnique pour un contrat avec le CEA dans le but de développer de nouvelles molécules mutagènes pour modifier des semences. Ce lien entre la Biochimie et les plantes l’a rapidement amené dans l’environnement de Georges Morel à l’INRA de Versailles où il a été recruté en 1963 et a réalisé sa thèse d’état soutenue en 1982.

Georges Morel avait, dans le laboratoire de Roger Gautheret, montré que les cellules issues de tumeurs du collet de plantes (tabac) étaient immortalisées (elles étaient capables de se multiplier à la manière d’une tumeur, sans ajouts hormonaux) et qu’elles produisaient des molécules azotées spécifiques. Avec Arlette Goldmann-Ménagé et quelques autres collègues, Jacques Tempé a ainsi caractérisé biochimiquement un certain nombre d’opines (notamment l’octopine) molécules azotées que l’ADN transféré (ADN-T) à partir d’Agrobacterium fait produire à la plante à partir des substrats organiques produits par celle-ci. Ces opines sont ensuite métabolisées par la bactérie pour sa nutrition carbonée et azotée, la plante en étant incapable.

Ces résultats, combinés à ceux des travaux d’Alan Kerr en Australie, de Jeff Schell et Marc van Montagu en Belgique et Mary-Dell Chilton aux USA, allaient aboutir, par le biais de riches collaborations, à la découverte du mécanisme moléculaire à la base du cycle de vie des bactéries pathogènes du genre Agrobacterium et au « concept d’opine s». De nombreuses publications (Nature, Science, Cell, PNAS…) associant ces auteurs entre 1977 et 1982 ont abouti à la maîtrise d‘un mécanisme de transfert d’information génétique dite « recombinante » vers les plantes, grâce à la possibilité de désarmer les composantes responsables des symptômes tumoraux (hormones) et de la production des opines de l’ADN-T, et de les remplacer par une nouvelle information génétique à transférer. C’était le point de départ du développement des plantes génétiquement modifiées, dont les premières ont été générées quasi simultanément en Europe (groupes de Marc Van Montagu et Jeff Schell à Gand) et aux USA (groupe Nam Hai Chua, en collaboration avec Monsanto).

La maîtrise de la transformation des plantes a tout d’abord révolutionné les travaux effectués dans nos laboratoires et l’analyse fonctionnelle des gènes (rôles et régulations) et de leurs produits (ARN et protéines). Elle a permis le développement rapide d’une « génomique fonctionnelle » par la création de banques de mutants d’insertion, d’abord chez la plante modèle Arabidopsis, puis dans un nombre important d’espèces cultivées. Elle constitue aujourd’hui l’un des outils de base des laboratoires en biologie, génétique et génomique végétale. La puissance de cet outil a évidemment été rapidement utilisée pour l’amélioration des plantes. Les disputes qui ont suivi, concernant les risques de l’usage des plantes génétiquement modifiées et maintenant « éditées » ont certainement limité la reconnaissance qui aurait dû être attribuée aux co-découvreurs de ce processus de transfert d’ADN à partir des bactéries phytopathogènes. Mais l’histoire reconnaitra qu’il s’agissait d’une découverte considérable, avec de vastes champs d’applications. La sole de plantes de grandes cultures génétiquement modifiées était en 2018 proche de 200 Millions d’ha (ISAAA), soit 12% des surfaces cultivées mondiales et plus que la sole cultivable en Europe !

Après ce travail remarquable, conduit d’abord avec Georges Morel puis par lui-même avec son équipe à Versailles, à Orsay, puis enfin à Gif sur Yvette où il a été très impliqué dans la création de l’Institut des Sciences Végétales en 1988, il a continué à animer des recherches sur les propriétés des agrobactéries. Son équipe a également travaillé sur la dynamique des micro-organismes, dont les agrobactéries et leurs exsudats, dans la rhizosphère afin de comprendre le fonctionnement et les interactions au sein du « microbiote rhizosphérique » (travaux conduits dans son équipe et ensuite sous leurs directions par Yves Dessaux, Denis Faure et leur équipe).

Jacques Tempé aimait enseigner. Alors qu’il était Directeur de Recherches de Classe Exceptionnelle à l’INRA, il a relevé le challenge de postuler à un poste de Professeur de Pathologie végétale à l’Institut National Agronomique Paris-Grignon sur la chaire préalablement détenue par Alain Coléno, poste qu’il a obtenu en 1989. Les témoignages reçus de la part de ses étudiants à la suite de l’annonce de sa disparition sont élogieux et montrent l’impact que Jacques a eu sur leur devenir professionnel. Jacques Tempé était convaincu de la nécessité de former « par et avec » la recherche. Avec Claire Neema, actuelle Professeur de Pathologie végétale à SupAgro Montpellier, ils se sont investis dans le montage d’Unités d’Enseignement par la Recherche impliquant des mini-stages en laboratoire, la construction de projets de recherche encadrés ; et surtout de stages de longue durée, sous forme de césures de 2 fois 6 mois généralement. Jacques Tempé et Claire Neema utilisaient leurs carnets d’adresses des meilleurs laboratoires du monde entier pour y envoyer les étudiants dès leur 2ème année à l’Ecole. Cette approche sera ensuite largement copiée dans l’enseignement supérieur.

Jacques Tempé a ainsi largement contribué à la découverte du transfert de l’ADN-T par les agrobactéries et par conséquent au développement de la génétique moléculaire végétale et à celui des Plantes Génétiquement Modifiées. Il considérait ces plantes comme un formidable outil pour le développement d’une agriculture moderne, productive et durable, basée sur des pratiques respectueuses de l’environnement et capable de répondre aux besoins croissants des populations. Par ailleurs, il s’est investi dans l’enseignement par passion, passion que les étudiant-e-s lui ont bien rendu. Il croyait énormément à un projet d’Institut des Sciences et Technologies du Vivant (ISTV), initié par André Berkaloff qu’il avait rejoint à Orsay. Il devait donc être très fier de voir le développement récent de l’Université Paris-Saclay, et la place prépondérante des sciences agronomiques et végétales au sein de cette grande Université.

Nous, collègues, étudiants et amis avons donc une pensée très émue pour Jacques et sa famille qui doivent être fiers du travail accompli et de son impact aussi bien en recherche et formation, qu’en agriculture.

M. Dron, Y. Chupeau, M. Delseny, et L. Lepiniec