En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal ResMO

Réseau Matières Organiques

Réseau Matières Organiques

Développements récents pour l'étude des matières organiques

Session 5

Animation : Yves Dudal

Le thème 5, intitulé « Développements récents pour l’étude des matières organiques » a été structuré de manière différente des quatre premiers. Il n’a pas fait l’objet d’une session à part entière, mais a été réparti sous la forme de trois « Flashs méthodologiques » insérés dans les trois premières sessions du colloque :
• Les analyses isotopiques moléculaires en géosciences (Thème 1) V. Galy et F. Palhol, Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques, CNRS, Vandoeuvre-lès-Nancy
• Interactions matières organiques et microorganismes : comment y voir plus clair ? (Thème 2) F. Poly1, T. Bouchez2, 1 Ecologie microbienne, CNRS, Villeurbanne 2 Unité de Recherche Hydrosystèmes et Bioprocédés, Cemagref Antony
• Méthodes spectroscopiques pour élucider la nature chimique et la réactivité des matières organiques (Thème 3) C. Rumpel, CNRS, BIOEMCO, Centre INRA Versailles-Grignon, Thiverval-Grignon

Par contre, à l’instar des autres thèmes, celui-ci a reçu 20 posters qui ont été discutés lors des séances dédiées. Enfin, les flashs méthodologiques ont fait l’objet de discussions en assemblée et de questions aux orateurs.

La grande majorité des études présentées se basent sur l’utilisation de méthodes chimiques et notamment spectroscopiques : de fluorescence, infrarouge et proche infrarouge, de résonance para-électronique. Les méthodes chromatographiques, plus élaborées, sont la chromatographie par exclusion de taille (HPSEC), la chromatographie liquide couplée à la détection de masse (LC-MS) et la chromatographie gazeuse couplée à la pyrolyse (pyr-GC) et à la spectrométrie de masse (GC-MS). Les méthodes physiques regroupent les études de fractionnement, d’extraction et de concentration.

Les matières organiques dissoutes représentent un champ d’intérêt fort à différentes échelles d’étude : moléculaire, profil de sol, bassin versant, estuaire. Ensuite, les méthodes analytiques sont développées pour l’étude des amendements organiques.

On remarquera la forte présence des Universités sur les développements analytiques ainsi que l’éclatement institutionnel.

De manière générale, deux conclusions fortes ressortent de cette session dédiée aux développements méthodologiques. D’une part, les participants ont noté l’accroissement important de la complexité et donc du coût des méthodes chimiques d’analyse de la MO. Le terme « fuite en avant » a été utilisé et la question s’est posée de savoir si cet accroissement permettrait in fine d’obtenir les informations structurelles de la MO ou si ces dernières étaient a priori non accessibles. D’autre part, un grand besoin de mise en commun des méthodologies utilisées et disponibles s’est fait ressentir lors des discussions, à l’échelle inter-institutionnelle. Ce deuxième point est relié au premier tant la course aux équipements de pointe requiert la participation de nombreuses équipes. La question de l’opportunité des plates-formes analytiques à l’échelle nationale est ouverte.