En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal ResMO

Réseau Matières Organiques

Réseau Matières Organiques

Réactivité des Matières Organiques

Session 3

Animation : Alexandra Ter Halle, Cécile Miège, Pierre Faure et Pierre Benoît

La session 3 a regroupé des présentations orales et posters couvrant de façon inégale les processus suivants :
• Interactions organo-minérales dans les sols et les sédiments ;
• Evolution dans le temps, (bio)dégradation des matières organiques ;
• Mobilité, biodisponibilité des matières organiques ;
• Interaction des matières organiques vis-à-vis des contaminants métalliques ;
• Interaction des matières organiques vis-à-vis des contaminants organiques.

La très large diversité des champs d'étude et des compétences (pédologues, chimistes, agronomes, modélisateurs, …) ouverts par ces différents volets montre que le terme de "réactivité" a été interprété de façons très différentes et mériterait d'être défini plus précisément pour la suite.

Séance de posters :
Dans chaque présentation ou poster, la stratégie suivie pour étudier cette réactivité est présentée : elle met en œuvre différents types de méthodes de caractérisation (chimique, biologique, physique) et plus rarement des modèles. Par ailleurs, nous avons pu distinguer très nettement un groupe de présentations traitant des MO particulaires et un groupe traitant des MO dissoutes avec une approche différente et rarement un lien entre ces 2 compartiments.

Majoritairement consacrées au milieu tempéré, les communications ont concerné autant les matières organiques naturelles qu’anthropiques. Les MO fossiles ont été peu abordées (3 présentations sur 21). Nous avons noté une très forte représentation des milieux continentaux, en particulier des sols, et une faible représentation du milieu marin. D’autres MO ont été complètement absentes du colloque et de ce thème en particulier : les MO de l’atmosphère et celles de certaines roches.

Il ressort qu’un grand nombre des recherches présentées portent sur la caractérisation des MO sans pouvoir la relier au déterminisme de la réactivité des MO. Un champ très vaste de recherches semble ouvert pour des travaux visant à caractériser la diversité des matières organiques naturelles et anthropiques. Des développements méthodologiques récents permettent des caractérisations in situ des matières organiques dans des matrices complexes, polyphasiques à des échelles de plus en plus fines, allant jusqu’au niveau moléculaire.

En contrepartie, le développement de modèles conceptuels permettant de relier les informations sur la caractérisation des MO et leur réactivité à court et moyen terme reste peu avancé. Lors du débat, il est apparu qu’un effort de clarification d’objectif était nécessaire pour ce qui concerne la modélisation. La modélisation est un outil au service d’objectifs précis. La modélisation peut servir à tester des concepts et des hypothèses sur des processus en jeu dans la réactivité des MO (modèle à base mécaniste). Elle peut être empirique à des fins prédictives, mais se heurte alors à des limites de généralisation.

Synthèse des débats :
L’analyse des présentations et des discussions permet d’identifier plusieurs points faibles :

• Faible intégration entre chimie, physico-chimie et biologie dans les études portant sur la réactivité des MO. Or, dans de nombreux milieux, les processus biologiques exercent un rôle moteur sur l’évolution biochimique des MO.
• Des degrés de connaissance différents de la réactivité des MO liés aux problèmes analytiques : (i) MO dissoutes vs. MO solides. Les premières sont relativement plus faciles à isoler mais elles sont souvent en concentrations très faibles ; (ii) Fraction dissoute hydrophobe vs. fraction dissoute hydrophile. La seconde est moins facile à isoler.
• Des modèles conceptuels existent pour décrire les interactions physico-chimiques avec les métaux, en particulier pour la fraction dissoute des MO. Le développement de tels modèles est moins avancé pour les contaminants organiques. Le problème des contaminations multiples organiques et/ou métalliques est a fortiori encore moins abordé.
• Il existe des modèles d’évolution et de dégradation des MO et également des modèles d’interactions avec des contaminants métalliques. Il semble manquer de modèles couplant dynamique d’évolution des MO et interaction vis-à-vis des contaminants.
• Transfert d’échelle. (i) Temporelle : comment passer des dynamiques d'évolution à court/moyen terme à des dynamiques d’évolution à long terme (géosciences) ? (ii) Spatiale : Difficulté de généraliser les résultats obtenus en laboratoire vs. in situ, avec un échantillon ponctuel vs. à l'échelle d'un bassin versant.