En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AGROCAMPUS OUEST Université Rennes I

Encyclop'Aphid : l'encyclopédie des pucerons

Encyclop'APHID

Quand les pucerons se socialisent

par Mayako Kutsukake et Jean-Christophe Simon

L’existence d’individus stériles tels qu’on en rencontre chez les insectes sociaux (termites, abeilles, fourmis) a longtemps constitué une énigme pour la biologie évolutive. Si la sélection naturelle retient les plus aptes, comment expliquer le maintien d’individus dont la valeur reproductive est nulle. La réponse est venue du célèbre socio-biologiste anglais William Hamilton qui introduisit en 1964 le concept de sélection de parentèle : cette théorie stipule que des individus peuvent transmettre des copies de leurs propres gènes non seulement en se reproduisant, mais aussi en favorisant la reproduction d'individus apparentés, par exemple des sœurs, des frères ou des cousins par un comportement altruiste (soin au couvain, approvisionnement en nourriture, défense), voire en renonçant à leur propre reproduction dans le cas d'individus stériles.

Diversité des cycles de vie des pucerons sociaux

A ce jour, plus de 80 espèces appartenant aux sous-familles Eriosomatinae et Hormaphidinae sont connues pour être sociales, leurs colonies étant formée d’une caste d’individus reproducteurs et d’une caste d’individus au comportement altruiste appelés «soldats». La caste des soldats a évolué à plusieurs reprises chez les pucerons. Le cycle de vie typique des pucerons sociaux est compliqué, faisant intervenir de façon saisonnière des alternances entre générations parthénogénétiques et sexuées mais aussi entre plantes hôtes. Sur l’hôte primaire, la fondatrice issue d'un œuf fécondé forme une galle et se reproduit parthénogénétiquement dans la galle. Après plusieurs générations parthénogénétiques, des individus ailés sont produits et migrent vers les hôtes secondaires, où ils se reproduisent également par parthénogenèse pendant plusieurs générations. Ensuite, des adultes ailés, appelés sexupares, retournent sur l'hôte primaire et produisent des mâles et des femelles sexuées, qui s'accouplent et pondent des œufs d'hiver qui donneront naissance à de nouvelles fondatrices au printemps suivant. Les soldats sont généralement trouvés à l’état de larves de premier ou de deuxième stade. Ils peuvent être produits soit sur l’hôte primaire, soit sur l’hôte secondaire, ou sur les deux. Une autre caractéristique est qu'il existe des espèces eusociales et présociales chez les pucerons. Les soldats des espèces eusociales sont morphologiquement différenciés des larves normales et ne se développent pas, tandis que ceux des espèces présociales se développent et se reproduisent, et aucune différence morphologique n'est détectée entre les soldats et les non-soldats.

Rôles des soldats

Pour les soldats, le rôle social principal est la défense des colonies contre les ennemis naturels. Ils ont des armes spécialisées pour l'attaque. Les soldats de deuxième stade qu’on trouve dans des galles sur l’hôte primaire de Tuberaphis styraci ainsi que d'autres espèces de Cerataphidini attaquent les prédateurs en insérant leur stylet et en injectant un venin spécifique aux soldats dans le corps des victimes (voir la photo). Le prédateur attaqué est paralysé et finalement tué, ou est repoussé hors de la galle. Les soldats de premier stade qu’on trouve sur l’hôte secondaire de certaines espèces de pucerons du genre Pseudoregma et Ceratovacuna ont des pattes avant élargies et des cornes frontales bien développées. Ils étreignent fermement l'adversaire avec leurs pattes et le transpercent avec leurs cornes longues et pointues. En outre, les soldats de certains pucerons sociaux effectuent également des travaux d’entretien, comme le nettoyage et la réparation des galles. Les soldats évacuent les déchets, tels que les gouttelettes de miellat, les exuvies et les pucerons morts, en les poussant avec la tête ou d'autres parties du corps hors de la galle.

Des soldats de Tuberaphis styraci attaquent une larve de la mouche des fruits en injectant du venin avec leurs stylets (photo Mayako Kutsukake):

Tuberaphis styraci

Tuberaphis styraci

La réparation des galles effectuée par les soldats de Nipponaphis monzeni est très sophistiquée. Lorsque la galle est attaquée par un prédateur, les soldats réparent la brèche de la galle en déchargeant leur liquide corporel et en rebouchant ainsi le trou (vidéo: Mayako Kutsukake):