En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Consortium Public/Privé Recherche - Développement - Innovation sur le Biocontrôle

Site Internet du consortium public-privé Recherche - Développement - Innovation sur le biocontrôle

Formation et webinaire "Collectif Technique de l'Insecte Stérile", 01-02/04/2020

Les 01 et 02 Avril 2020, le Collectif pour la « Technique de l’Insecte Stérile » (TIS) a organisé en visioconférence une formation d’initiation à la TIS suivie de sa journée annuelle d’information et d’échange avec le soutien du pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation et de la Région Occitanie.

 

Créé en 2018, le Collectif TIS vise à réunir les différentes parties prenantes concernées par l'étude de la TIS comme moyen complémentaire de contrôle de populations d'insectes nuisibles (ravageurs de cultures ou vecteurs de maladies). Ce groupe de réflexion et de coordination est animé par le CTIFL, INRAE (Simon Fellous et Allan Debelle, UMR CBGP Montpellier), l’IRD et le CIRAD et est intégré au sein du Consortium Biocontrôle et du réseau Vectopole Sud.

 

Le 1er Avril 2020, une formation sur la TIS dispensée par Clélia Oliva (CTIFL) et Martin Wohlfarter (Université Cape Town) a réuni 110 participants autour du principe de fonctionnement de la TIS et des conditions nécessaires à sa mise en œuvre (insectes compatibles, étapes de développement requises etc…). Les participants ont notamment pu découvrir le fonctionnement détaillé d'une ferme d'élevage d’insectes stériles et les conditions de succès du déploiement de la TIS, à la fois sur le plan technique et économique, en s’appuyant sur des études de cas tels que les programmes opérationnels Xsit, FruitFly Africa, et Entomon en Afrique du Sud.

 

Le lendemain, la réunion annuelle du Collectif TIS (02 Avril 2020) a réuni 132 participants et visait à réfléchir aux conditions d’intégration de la TIS en France[1]. Cette réunion était organisée en 3 temps forts : une synthèse des activités du Collectif TIS sur l’année 2019, une conférence invitée (Anne-Marie Fortier, Phytodata, Canada) sur la TIS en production maraîchère pour le contrôle des mouches au Québec et une table ronde autour des enjeux sociétaux, environnementaux et organisationnels de la TIS.

              

Réalisée par Clélia Oliva et Simon Fellous, le bilan des activités 2019 du Collectif TIS présentait notamment la contribution de plusieurs acteurs du Collectif TIS à la rédaction d’un chapitre dédié à la TIS dans l’ouvrage sur le biocontrôle paru aux éditions QUAE (voir illustration et référence ci-dessous). D’autre part, cette réunion a été l’occasion de dresser un bilan de l’activité de 5 Groupes de Travail (GT) sur lesquels s’appuient le Collectif TIS. Le 1er GT est centré sur la mise en œuvre d’essais pilote et assure le lien des 8 projets TIS actuellement en cours en France (4 contre des insectes ravageurs et 4 contre des moustiques). Les autres GT sont axés sur l’étude des impacts socio-écosystémiques de la TIS, sur les questions relatives à la règlementation (dont l’import d’insectes stériles), sur la dimension économique incluant la conception de modèles d’affaires innovants, et sur les modalités de concertation et d’information autour de la TIS. Ce dernier GT a notamment mis en avant que les questions de concertation et de co-construction sont indissociables de celles des impacts sur la Nature et les Hommes : respecter chaque point de vu, chaque usage du monde est la clef d’une évaluation et d’un déploiement éthiques et efficients. Ces GT sont tous entrés en phase opérationnelle en 2019 et déroulent actuellement leurs feuilles de route respectives. Tout au long de l’année, les échanges autour de la TIS ont révélé que les acteurs économiques et techniques sont maintenant prêts à s’impliquer dans le portage du Collectif, au côté des chercheurs ravis de cette évolution.

 

La conférence d’Anne-Marie Fortier visait ensuite à illustrer l’exemple du déploiement au Québec de la TIS pour lutter contre les mouches de l’oignon et du choux, Delia antiqua et Delia radicum. La réflexion autour de la mise en œuvre de la TIS sur D. antiqua a été amorcée en 2004. Elle a conduit à la constitution d’un consortium de 20 professionnels et 43 maraîchers (5.000ha) qui équilibre ses activités entre R&D et prestation de service. Les 1ers lâchers de D. antiqua stériles à grande échelle ont eu lieu en 2011 et un processus d’amélioration continue a permis de diviser le coût de ces lâchers par 10 entre 2011 et 2019. Avec l’appui du gouvernement (prise en charge de 70% de l’achat des mouches stériles), le déploiement de la TIS a permis de réduire significativement l’usage de pesticides dans les régions concernées. Les travaux sur la TIS appliquée à D. radicum ont quant à eux démarré en 2012 avec des lâchers à grande échelle en 2015. Le développement se poursuit actuellement.

 

La table ronde a ensuite réunit un panel de 12 experts issus d’horizons variés : des porteurs de projets TIS en France et au Canada, une chercheuse en sciences humaines et sociales, des représentants d’associations de protection de la Nature, des fillières fruits et légumes, de la Recherche, et du conseil scientifique d’Ecophyto. Cette table ronde a été l’occasion d’échanger sur l’adéquation de la TIS avec les attentes de la société, en lien entres autres avec son impact environnemental. Les experts ont également échangé sur les évolutions organisationnelles que le déploiement de la TIS en France impliquerait, en considérant plusieurs échelles : spatiale (coordination territoriale pour le déploiement de la TIS), économique (modèles d’affaires adaptés l’échelle spatiale, diversité des acteurs économiques dans un espace donné) et gouvernementale (rôle de l’Etat en lien avec les différentes parties prenantes).

[1] A noter : cette technique entre dans le cadre règlementaire des macroorganismes utiles aux végétaux pour des applications de lutte biologique (Arrêté du 28 juin 2012).