En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Comité d’Histoire de l’Inra et du Cirad

Archives Orales INRAE

couverture archorales_T.12
La mission Archives orales et la revue Archorales sont nées de l'initiative d'un chercheur en Sciences sociales, Denis Poupardin, chargé en 1995 par la Direction générale de l'Inra de réfléchir aux problèmes de ses archives. Toutes deux sont aujourd'hui placées sous la double responsabilité de la Direction Scientifique Agriculture et de la mission Communication.

L’objectif de la mission consiste à recueillir les témoignages oraux de personnes travaillant à l’INRA déjà partis à la retraite ou sur le point de cesser leur activité professionnelle afin :

  • d’expliciter les origines de l’Institut en interne comme à l’extérieur
  • de constituer un fonds conséquent sur le patrimoine scientifique de l’INRA
  • de permettre de confronter des éléments de l’histoire de l’institut fondée sur les différents itinéraires de ceux qui l’ont construit
  • de faire partager à tous, particulièrement aux plus jeunes, la culture de la « maison »
  • de contribuer à mieux faire connaître le fonds patrimonial de la recherche agronomique

La mission procède aux versements aux archives nationales des enregistrements sonores ainsi qu’à la publication annuelle d’un numéro de la collection.

Aujourd’hui cette ressource d’informations constitue le corpus permettant de confronter les éléments de l’histoire de l’Inra fondée sur les itinéraires de ceux qui l’ont construit et de contribuer à mieux faire connaître le fonds patrimonial de la recherche agronomique, utilisable par les historiens des sciences.

Depuis la création du comité d’histoire (en 2005), la mission est officiellement soutenue et reconnue pour son apport historique.

La méthode du recueil des archives orales pour l’INRA :

La méthode retenue pour le recueil des témoignages a été mise au point par Denis Poupardin (Sciences Sociales) initiateur de la mission et confortée par les enseignements d’historiens et d’archivistes spécialisés, extérieurs à l’INRA (Dominique Schnapper, Marc Bloch, Maurice Halbwachs).

Le choix des témoins  s’opère sur la base de critères que Denis Poupardin avait pu analyser au cours de son expérience : « la notion de représentativité statistique n’ayant pas grand sens dans ce travail (l’intervieweur ne s’adressant finalement qu’à des "rescapés de l’histoire"), le choix des témoins a été guidé surtout par le souci d’obtenir l’ampleur la plus large possible du spectre des opinions émises, des pratiques et des comportements » (D. Poupardin, Méthodologie Archorales, juin 2000).

Les choix de la collecte sont arrêtés à partir du croisement de listes de témoins potentiels établies suite à des échanges avec différents responsables de l‘INRA au niveau des centres, des départements de recherche, de la formation permanente, de la DRH , et en fonction de la disponibilité des témoins.

Un choix sélectif et varié de récits biographiques :

Lors de la demi-journée Archorales tenue le 8 décembre 2008 à l’INRA Paris, Bernard Desbrosses notait : « Là encore, le bilan de notre activité au sein de la mission Archorales ne nous incline pas à revenir sur des options méthodologiques qui sont légitimées par quantité de témoignages. Des hommes et des femmes qui ont été de grands pionniers de la Recherche Agronomique nous ont retracé, très souvent d’une manière vivante et très précise, les découvertes les plus importantes réalisées au sein de l’INRA. Nous avons également pu apprécier les témoignages de collègues au parcours scientifique moins prestigieux, mais qui ont su nous relater avec talent des itinéraires présentant des aspects originaux (mobilité thématique, reconversion dans l’administration de la recherche, etc.) ou nous faire partager leur vécu de certaines composantes de leur activité (par exemple les relations avec la profession agricole ou les représentants des industries agroalimentaires). Le choix de ne pas établir de hiérarchie formelle entre les témoins a également été validé par la qualité des matériaux recueillis chez les personnels d’accompagnement de la Recherche. Nous disposons de témoignages d’agents particulièrement reconnus dans leur activité professionnelle en raison de leurs compétences très pointues et des services qu’ils ont rendus à l’institut. Certains de ces collègues qui ont intégré l’INRA munis d’un baccalauréat – ou parfois seulement d’un CAP – ont ensuite repris des études, en menant de front activité professionnelle et formation. Ces témoignages de parcours dynamiques – quelquefois atypiques – souvent valorisés par des promotions sur des postes d’ingénieurs ou de scientifiques, enrichissent de manière significative la mémoire collective et l’histoire de l’INRA. Nous n’en oublierons pas pour autant la contribution de collègues dont le parcours a été plus « modeste », plus classique. Je pense en particulier à la qualité de plusieurs entretiens avec des ouvriers des domaines expérimentaux (voir notamment les tomes 9 et 11 de la collection Archorales) qui nous ont relaté leur histoire professionnelle avec beaucoup d’enthousiasme et d’émotion. Ces techniciens et ces adjoints techniques, qui n’ont jamais été sur le devant de la scène, ont profondément aimé leur métier et ont eu à cœur de nous faire partager toutes les facettes de leur parcours professionnel, ce qu’ils ont apprécié (utilisation de technologies de pointe, coopération avec des scientifiques et ingénieurs, travail au contact des animaux, etc.), ce qu’ils ont vécu plus difficilement (pénibilité de certaines tâches, déroulement de carrière insuffisant, etc.)».

Les archives orales de l’INRA dans le contexte des archives orales des organismes publics :

Il n’est pas inutile de rappeler qu’à la fin du 20ème siècle de nombreux organismes et administrations publiques ont compris l’intérêt des archives sonores et en ont organisé le recueil : la défense nationale et  plus particulièrement l’armée de l’air, le ministère des finances, et quelques grandes entreprises comme la SNCF, Air France constituant ainsi des corpus composés de plusieurs milliers d’heures d’enregistrement.

En ce qui concerne la recherche publique, l’INRA fait figure de pionnier dans le traitement de son patrimoine mémoriel, il est le seul organisme à publier une sélection des récits biographiques retranscrits.

Florence Descamps le réappelle dans  l’édito rédigé pour le volume 13, paru en 2008 : «Les récits couvrent l’extrême variété des disciplines et des spécialités, développées et constituées progressivement par l‘INRA depuis 1946, ce qui permettra aux futurs chercheurs de périodiser et  d’historiciser l’organisation de la recherche, ainsi que l’essor des sciences de la vie végétale et animale dans la seconde moitié du XXème siècle. Enfin, de manière ambitieuse, la dimension territoriale a été prise en compte, faisant échapper les Archives Orales de l’INRA au tropisme centripète et bureaucratique consistant à ne se préoccuper que du centre aux dépens de la périphérie ; l’attention s’est portée ainsi de façon fructueuse et pertinente sur les laboratoires et les « unités de terrain ». Il en ressort une foison de matériaux et d’informations sur les pratiques  individuelles et collectives de recherche, au ras de la paillasse et des éprouvettes sur ‘‘la fabrique de la science’’ en train de  chercher et de trouver, sur les contraintes que les chercheurs rencontrent, contournent ou dépassent, sur les tactiques et sur les stratégies individuelles et collectives que les chercheurs mettent en oeuvre pour parvenir à leurs fins.

Enfin la deuxième spécificité d’Archorales n’est pas la moindre ; les récits de carrière sont progressivement transcrits, validés par leurs co-auteurs et publiés».

Archorales en quelques chiffres :

  • 357 témoignages enregistrés
  • 284 versements aux archives nationales
  • 110 témoignages numérisés  dans le cadre du plan de numérisation du ministère de la  Culture
  • 121 témoignages retranscrits et publiés dans la collection « Archorales »

> Voir la revue Archorales en ligne

Valorisation :

Archorales constitue un support « in fine » au dialogue  entre l’institut et son personnel – il permet de replacer dans son contexte le rôle tenu par chaque agent dans sa contribution au fonctionnement de la recherche agronomique.

110 entretiens recueillis par Archorales ont été numérisés et retranscrits grâce au financement du plan national de numérisation du ministère de la Culture. Un travail est encours pour permettre la mise en ligne d’un certain nombre de ces témoignages.

Répondant à un appel d’offre du ministère de la culture, la mission Archorales et la mission Communication se sont engagées dans un programme de numérisation  de 110  témoignages sélectionnés dans le corpus qui en comptait 280, certains de ces témoignages sont mis à disposition via le site du ministère de la culture

L’exploitation de ces corpus pourrait être envisagée dans un but de communication interne ou externe, en traitant par exemple de l’histoire de la biologie moléculaire  ou encore l’histoire de la place de la génétique dans la production animale française en exploitant les différents témoignages de généticiens et de zootechniciens déjà parus ; les matériaux existent et les questions liées à l’évolution des champs disciplinaires ne manquent pas.

Contact : Christian Galant - Ingénieur de recherches – responsable des Archives orales de l’INRA (Mission Archorales/Comité d’Histoire)  – Unité Agir – Centre de recherches INRA de Toulouse – BP 52627   31326 CASTANET-TOLOSAN