En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Comité Interne en Agriculture Biologique

CIAB - Comité interne en agriculture biologique

Bio-COMMON (2010-2012) L'agriculture biologique comme bien commun : Quelles formes d'engagement collectif pour une agriculture biologique durable ?

BIO-COMMON
Projet financé par l'Inra dans le cadre du programme AgriBio3 pour une durée de 3 ans (2010-2012) et porté par l'équipe PRAGMA de l'UMR SAD APT de l'Inra de Paris.

Le règlement communautaire CE n°834/2007 prend acte du « double rôle sociétal » de l’AB comme réponse à la demande de certains consommateurs et comme fournisseur de biens publics. Cet élargissement des finalités de l’AB introduit des perspectives nouvelles pour cette production jusqu’alors vue comme une production de niche. Désormais considérée comme devant jouer un rôle moteur dans la mise en place d’une agriculture durable, elle est clairement encouragée par les pouvoirs publics et fait l’objet d’aides financières d’un nombre croissant d’acteurs publics. Si cette évolution peut favoriser le développement de l’AB, elle comporte aussi des risques de banalisation pour ce mode de production, en même temps qu’elle implique des exigences supplémentaires du fait des nouvelles attentes qu’elle suscite. Elle est ainsi source de tensions qui amènent à des initiatives nouvelles pour garantir la qualité de ce mode de production. L’AB est ainsi de plus en plus envisagée comme un « bien commun » répondant à des intérêts multiples, qu’il convient de promouvoir par des engagements collectifs. L’objectif du projet était ainsi d’analyser différentes formes d’engagement collectif envers une AB durable : les Systèmes Participatifs de Garantie (SPG) comme outils de développement de l’agriculture biologique (tâche 1) et des situations d’engagements d’acteurs publics dans le soutien à l’AB motivés par le souci de protéger la qualité l’eau (tâche 2).

La tâche 1 s’est notamment consacrée à l’analyse du rôle que les SPG pouvaient jouer comme outils de développement de l’AB pour une agriculture traditionnelle, l’agriculture marocaine. La forte synonymie locale partielle entre la qualité bio et la qualité beldi appuie l’idée d’une articulation possible entre le bio et cette qualité traditionnelle qui partagent le rejet de l’agriculture que l’on dit « conventionnelle ». L’intérêt des consommateurs pour la production traditionnelle au Maroc est très certainement le meilleur atout pour le développement d’un intérêt envers le bio. Mais la mise en convergence des deux ne doit pas cacher des difficultés très importantes. L’activité de production est très peu réflexive. Les exploitants agricoles qui perpétuent encore des modes de production traditionnels ne sont pas préoccupés par la qualité sanitaire, et encore moins durable, biologique, sociale… de leur production. Tout au plus mettent-ils en avant l’idée d’une production « naturelle », sans que ce terme ait nécessairement un contenu bien identifié. Le rapprochement entre bio et tradition requiert donc l’introduction progressive d’une plus grande réflexivité dans les pratiques qui va de pair avec l’instauration de collectifs de producteurs et le renforcement de la réflexion collective sur les pratiques.

La tâche 2 a reposé sur l’analyse comparée de deux expériences de développement de l’AB motivées par le souci de protéger la qualité de l’eau impulsées par des collectivités territoriales, dans l’optique d’analyser de quelle façon et jusqu’où ces expériences donnaient lieu à une dynamique de développement territorial reposant sur une action collective qui permette à la fois d’ancrer territorialement cette AB et de fédérer des initiatives diverses autour d’un projet commun. Ces deux cas sont : le projet des Hauts-Prés à Val-de-Reuil, porté par la Communauté d’Agglomération Seine-Eure (Eure) et l’expérience de la ville de Lons-le-Saulnier (Jura). Dans les deux projets étudiés, le développement de l’AB dans des champs captants a été vu de fait comme un bien commun à faire fructifier par les collectivités territoriales qui les portent. C’est particulièrement vrai dans l’Eure où la CASE conçoit clairement le projet des Haut-Prés comme un projet de développement durable, qui est inscrit dans son Agenda 21. L’analyse menée montre comment se sont nouées des collaborations territoriales et par quelles voies celles-ci se solidifient et cherchent à perdurer. Elle met en évidence les points importants suivants : a) la collectivité territoriale est avant tout une facilitatrice de projet de développement territorial ; b) elle agit par deux leviers d’action, la maîtrise du foncier et des bâtiments d’une part, et la maîtrise de la demande locale via la restauration collective d’autre part ; c) les projets sont évolutifs et se construisent progressivement en fonction de leur capacité de bourgeonnement et d’ancrage territorial ; d) de nouveaux modes de gouvernance apparaissent qui posent la question du positionnement d’une collectivité territoriale dans de tels projets et de l’invention d’arrangements institutionnels mixtes.

Le projet est porté par Sophie Allain, département SAD, centre Inra de Versailles-Grignon. sophie.allain @ agroparistech.fr

Publications

Allain, Sophie (2013) L’agriculture biologique comme bien commun pour protéger la ressource en eau. Innovations Agronomiques, 32, p. 467-479. Texte complet (13p)

Allain, Sophie (2012) Négocier l’eau comme un bien commun à travers la planification concertée de bassin. Natures Sciences Sociétés, 20: 52-65. Texte complet

Présentation du projet

Le projet soumis - 2010 (2p)