En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal DepartementEAtexte

Publier la Science

Edito PLAS 15

Le millefeuille des affiliations : éloge de la complexité

par Manuel Durand-Barthez, URFIST de Paris, Ecole Nationale des Chartes, délégué du Groupe RENATIS/URFIST (8)

Incompatibilités, incohérence

Quelle affiliation un chercheur doit-il mentionner en publiant ses articles ? Cette interrogation simple en apparence s’est complexifiée à l’extrême avec la création d’unités de recherche multi-tutelles, typiquement nommées ‘unités mixtes de recherche’ (UMR), où un même scientifique est alors affilié à de multiples organismes : Cnrs, Cirad, Inra, Ird, Cea, écoles, universités… Or, l’enjeu est de taille car l’évaluation de la productivité scientifique des organismes de recherche est fondée sur l’affiliation des publications. Certes, on connaît ce problème de longue date, accentué par un contexte institutionnel qui se complique régulièrement : substitution des communautés d’universités et établissements (COMUÉ) aux pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), évolution protéiforme des UMR, chartes de signatures promulguées, modifiées, non respectées, voire non communiquées aux intéressés qui n’y voient que bureaucratie pesante et inutile. Dans le même temps, l’évaluation se fait de plus en plus prégnante dans l’univers scientifique et structurel de la recherche. Les chercheurs se voient contraints de subordonner leur production scientifique à des instructions administratives souvent contradictoires dont ils ne rêvent souvent que de s’affranchir. Celles-ci se traduisent dans les signatures par des mentions de contributions multiples, décentralisées, de projets ‘hors les murs’ et par un nombre de contributeurs pléthorique. Jusqu'au moment où il devient évident que des classements internationaux sont défectueux, précisément en raison de l’hétérogénéité et de l’incohérence des affiliations (5) ! Même si ces dysfonctionnements semblent aujourd'hui mieux compris, la communauté scientifique déplore que la prise de conscience du problème ne soit pas encore suivie des prises de décision adéquates au plus haut niveau.

millefeuille

@Gjpvernant. https://twitter.com/Gjpvernant/status/698646198106857473/photo/1

Passer des remèdes palliatifs aux solutions radicales

Néanmoins, au niveau national, des initiatives se font jour comme le répertoire national des structures de recherche (RNSR) et le projet Conditor (6). Loin de résoudre totalement le problème, elles constituent bon an mal an une avancée en matière d’identification ; tandis que ScanR, issu d'un agrégat de sources important, traduit une granularité moins fine, plutôt propre à des analyses macroscopiques de type Strater (7). Localement, des systèmes développés par des établissements ou des grandes écoles soulagent partiellement le travail chronophage et minutieux des professionnels de la documentation. Les systèmes d’immatriculation numérique des auteurs y participent. Mais les grands éditeurs de bases bibliométriques persistent à ignorer les solutions radicales à la problématique des affiliations qui, pourtant, sont à leur portée, par le biais de technologies informatiques avancées : celles du Web de données (Linked Data), de leur interopérabilité et du Web sémantique. Aujourd’hui, ces éditeurs ne proposent que des hiérarchisations palliatives qui peuvent certes constituer un progrès mais qui ne permettent pas de s’affranchir concrètement de l’ordre d’agencement des composantes d’une affiliation, quelle que soit sa place dans la ligne d’adresses des cosignataires. Elles nécessitent immanquablement des contributions manuelles correctives, adaptatives, coûteuses en temps et en personnel.

  1. Dassa et coll. Le millefeuille des affiliations françaises dans les publications scientifiques. http://dx.doi.org/10.3917/docsi.514.0012.
  2. Girard et coll. Le mille-feuille des affiliations : où en sommes-nous ? www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2016-1-page-15.htm.
  3. Pontille et coll. Éloge de la complexité : la signature des chercheurs et le millefeuille de l’affiliation institutionnelle dans les processus d’évaluation de la recherche. http://dx.doi.org/10.1016/j.jemep.2016.07.008
  4. Journée d’étude : affiliations dans les publications scientifiques françaises, Groupe Renatis / Urfist, Paris, École nationale des chartes, 19 juin 2015, http://tinyurl.com/h6fckvm 
  5. https://twitter.com/Gjpvernant/status/698646198106857473/photo/1
  6. https://jref2015.sciencesconf.org/data/pages/Conditor_GT_AO_Couperin_2015_07_03_final.pdf. Dans le domaine émergent des Données, Zenodo et Prescido seront confrontés au même titre que les réservoirs de publications à la problématique des affiliations.
  7. Voir le Rapport sur les  politiques nationales de recherche et de formations supérieures : annexe au projet de loi de finances 2017 http://tinyurl.com/jjn2t9m
  8. Le groupe Renatis/Urfist est issu du Réseau des professionnels de l’information scientifique du CNRS et du Réseau des Unités de formation en information scientifique et technique. Ce groupe s’est formé en 2013 avec pour but de porter une réflexion et des préconisations sur le problème des affiliations dans les publications.