En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal ENVA anses

UMR BIPAR Biologie Moléculaire et Immunologie Parasitaire

Actualités

1. Parution du livre "Tiques, Lyme & Cie" (Editions SCITEP, Mars 2019) et séance de signatures/conférence au salon du livre

Sarah Bonnet et Nathalie Boulanger

L’intérêt récent porté aux tiques et aux maladies qui leur sont associées se légitime par la gravité de certaines de ces maladies, et par des changements avérés dans la répartition des populations de tiques en raison de changements socio-économiques et environnementaux. En Europe, les tiques sont les premiers vecteurs d’importance pour la santé  humaine et animale et  sont responsables de la transmission de virus, bactéries et parasites. La maladie de Lyme cristallise à elle seule la majorité des inquiétudes liées aux tiques et fait l’objet de débats à la fois sociétaux et scientifiques. Face à la multitude d’informations, parfois alarmistes, sur le risque de contracter cette maladie, il est indispensable de poser une réflexion rationnelle et scientifique. Connaître la biologie des tiques et les modalités selon lesquelles elles peuvent transmettre ou non des agents infectieux, représente un atout essentiel pour s’en protéger.

Fiche presse: https://www.scitep.fr/book/tiques-lyme-cie/

Séance de signatures et conférence au salon du livre le 18 Mars 2019 (Porte de Versailles - Pavillon 1 - Paris, France).

sarah

2. Evaluation de l'UMR par l'HCERES

Le lundi 18 Février 2019

3. Assemblée générale annuelle de l'UMR

Le jeudi 29 Novembre 2018

4. Avancée scientifique importante: Communiqué de l’UMR BIPAR 21/09/2018

Pourquoi les piqûres de tiques induisent-elles une allergie à la viande rouge chez l'Homme?

Les tiques transmettent des agents pathogènes responsables d'importantes maladies chez l'homme, comme la maladie de Lyme. Cependant, les piqûres de tiques peuvent également provoquer une allergie à la viande rouge, appelée « syndrome alpha-gal ». Contrairement à la plupart des allergies alimentaires, dans lesquelles les symptômes apparaissent quelques minutes après la consommation de l'allergène, les réactions allergiques liées au syndrome alpha-gal sont retardées. Les symptômes peuvent en effet apparaître quatre à six heures après un repas contenant de la viande rouge. La première mention de l'association entre les piqûres de tiques et l'allergie à la viande rouge remonte à 2007, lorsque l’australien Sheryl van Nunen a décrit 24 cas d'allergie à la viande associée aux morsures de tiques. Dès 2009, Thomas Platts-Mills a identifié la molécule à l'origine de ces réactions allergiques graves. Il a en effet découvert que les patients allergiques à la viande rouge présentaient des anticorps spécifiques de classe IgE vis-à-vis d’un sucre complexe appelé galactose-alpha-1,3-galactose (alpha-gal en abrégé).

Il était généralement admis jusqu’à présent que les tiques à l'origine du syndrome alpha-gal acquéraient des molécules alpha-gal du sang des animaux qu'elles piquent couramment, comme les vaches, les moutons et les lapins. Cette hypothèse postulait logiquement que lorsqu'une tique chargée d'alpha-gal piquait un humain, cette tique lui injectait de l'alpha-gal, induisant ainsi la production d’IgE anti-alpha-gal. Cette hypothèse implique que les larves de tiques qui n'ont jamais été nourries auparavant sur animaux ne peuvent induire le syndrome alpha-gal. Alejandro Cabezas-Cruz et ses collègues de l’UMR BIPAR (Anses, EnvA, INRA), localisé sur le site du laboratoire Santé Animale de l’Anses (Maisons-Alfort) et d'Espagne se sont demandés si les tiques ne pouvaient pas produire leur propre alpha-gal, remettant en cause cette hypothèse. Dans un manuscrit publié dans la revue Scientific Reports (https://rdcu.be/7mlF), Alejandro Cabezas-Cruz a décrit la découverte de trois gènes de tiques codant pour des enzymes galactosyl-transférases capables de produire de l'alpha-gal. Lorsque des cellules humaines et bactériennes qui ne produisent pas naturellement d'alpha-gal ont été transformées avec ces gènes, ces cellules alpha-gal-négatives sont devenues alpha-gal positives. En outre, lorsque ces gènes ont été inhibés par RNA interférence, les taux d’alpha-gal dans les tiques ont diminué. Les chercheurs ont en outre montré que la bactérie pathogène transmise par les tiques, Anaplasma phagocytophilum, induit l'expression de l'un de ces gènes, entraînant une augmentation de l'alpha-gal dans les tiques.

Cette étude a deux implications principales. Tout d'abord, elle montre que les tiques n'ont pas besoin de se nourrir sur un animal pour acquérir l'alpha-gal. Par conséquent, la piqûre de n'importe quel stade de la tique, y compris les larves, peut induire un syndrome alpha-gal. Deuxièmement, les tiques infectées par la bactérie Anaplasma phagocytophilum peuvent avoir des taux plus élevés d'alpha-gal, augmentant la probabilité d'induire un syndrome alpha-gal. Cela fait apparaître sous un jour nouveau les interactions entre les tiques et les agents microbiens qu’elles peuvent transmettre, puisque les conséquences de cette infection microbienne des tiques peuvent non seulement être la transmission d’agents pathogènes aux animaux et/ou à l’Homme, mais aussi une aptitude accrue des tiques infectées à induire un syndrome allergique dans l’espèce humaine.