En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal Metaprogramme Better

BETTER – Bioéconomie des Territoires urbains

Réseau de recherche pour une Bioraffinerie Urbaine Soutenable

Consortium RéBUS

RéBUS - Réseau de recherche pour une Bioraffinerie Urbaine Soutenable
© Fanjianhua - Freepik
Il s’agit de penser en permanence « déchet de demain », c’est-à-dire concevoir les systèmes en tenant compte des probables évolutions de quantité et de composition des déchets, résultant de nouvelles trajectoires de consommation. L’idée d’une bioraffinerie environnementale véritablement urbaine et péri-urbaine, réfléchie pour être intégrée à la ville ou à son territoire périphérique, est innovante et ne fait pour l’instant encore l’objet que de peu d'études.

Contexte et enjeux

Appréhender les
interactions entre les
activités qui produisent, transforment, valorisent et consomment des biomasses de façon systémique plutôt que sectorielle, et rendre compte de la dynamique des ressources hydriques, énergétiques et foncières qui sous-tendent ces activités ...

La ville et son territoire péri-urbain sont une véritable mine de déchets organiques. Organisée pendant plus d’un siècle  autour des procédés « end-of-pipe » (incinération et stockage), la gestion des matières organiques résiduaires (déchets, coproduits et sous-produits) s’oriente désormais vers la valorisation et la contribution à une bioéconomie circulaire. Deux grandes stratégies de valorisation de la biomasse résiduaire sont techniquement possibles : la valorisation énergétique, et la valorisation matière. La bioraffinerie, concept développé dès les années 2000 comme une alternative crédible à la raffinerie pétro-sourcée, permet cette double valorisation (matière et énergie) par des procédés dits « en cascade ». Le concept de bioraffinerie a été étendu dans les années 2010 à la valorisation de la biomasse résiduaire (bioraffinerie environnementale). Il s’agit de combiner l’intérêt environnemental de la bioraffinerie comme alternative à la pétro-raffinerie et celui de la valorisation des bio-ressources résiduaires.

Il s’agit aussi de penser en permanence « déchet de demain », c’est-à-dire concevoir les systèmes en tenant compte des probables évolutions de quantité et de composition des déchets, résultant de nouvelles trajectoires de consommation. L’enjeu est d’appréhender les interactions entre les activités qui produisent, transforment, valorisent et consomment des biomasses de façon systémique plutôt que sectorielle, et rendre compte de la dynamique des ressources hydriques, énergétiques et foncières qui sous-tendent ces activités.

Objectifs

Villes et déchets

Villes et déchets BETTER

Le consortium RéBUS est constitué autour de la question des enjeux et de la soutenabilité du concept de bioraffinerie environnementale urbaine, c’est-à-dire une bioraffinerie sourcée en matières organiques résiduaires urbaines (biodéchets et sous-produits, par exemple de l’agriculture urbaine) et dont les produits pourront être valorisés au sein du territoire.

RéBUS a pour objectifs de « semer la graine » d’une réflexion interdisciplinaire autour du concept de bioraffinerie environnementale urbaine, en s’appuyant sur la diversité thématique et disciplinaire des chercheurs INRAE, et ainsi identifier les verrous associés au concept afin de préfigurer de potentiels projets de recherche interdisciplinaires croisant les dimensions technologique, environnementale, économique et sociale du développement durable.

Les questions scientifiques que génère un tel concept sont très nombreuses et variées : depuis l’adaptation technique des procédés existants et l’innovation technologique jusqu’à la pertinence sociétale en passant par l’identification des intrants et des extrants. Se posent également des questions de comportement des différents acteurs impliqués, de gouvernance, de modèle économique et d’affaire, d’arbitrage avec d’autres stratégies et politiques publiques, de réglementation, de taille et d’intégration des installations dans le territoire, d’impacts, de nuisances, d’interaction avec l’agriculture urbaine (en intrants aussi bien qu’en extrants de la raffinerie). En outre, les questions d’arbitrage avec d’autres stratégies et politiques publiques soulèvent la question de l’évaluation et des outils à développer pour cette évaluation. En particulier, la nécessité d’une prise en compte simultanée des enjeux économiques, sociaux et de contribution aux flux de ressources souligne l’intérêt des approches d’économie écologique. C’est donc un concept où l’interdisciplinarité est incontournable

Contacts - Coordination :

Acteurs du projet

Structures INRAE

Le consortium est constitué de personnes issues de disciplines, d’unités de recherche et de départements différents intéressées à mieux faire dialoguer leurs recherches et capables d’identifier des intervenants pertinents. 

Département ACT

UMR SADAPT

Agronomie des territoires, relations ville/campagne, transition agricole, métabolisme agri-alimentaire

UMR LAE 

Bioéconomie, transition énergétique et écologique des territoires

Département AGROECOSYSTEM

UMR LBE

Caractérisation et optimisation technologique, sanitaire, territoriale et environnementale de procédés et filières de valorisation des biomasses résiduelles

UMR ITAP

ACV et évaluation environnementale territoriales

Département ECOSOCIO

UMR MoÏSA

Comportement des consommateurs/utilisateurs de produits issus de la bioraffinerie, organisation de nouveaux marchés

UMR BETA

Couplage de modèles économiques (équilibre partiel, multi-agents) et de modèles issus d’autres disciplines (ACV, Material Flow Analysis, …)

Département TRANSFORM

UMR PROSE

Optimisation et innovation technologique de bioprocédés de valorisation des biomasses résiduaires ; écologie microbienne, modélisation, approches systémiques

UMR OPAALE

Bioingénierie, Ingénierie environnementale, Evaluation environnementale, approche systémique

UR QuaPA

Valorisation de résidus d’abattage d’animaux (sous-produits et déchets ménagères), veille règlementaire

UMR LBE

Caractérisation et optimisation technologique, sanitaire, territoriale et environnementale de procédés et filières de valorisation des biomasses résiduelles

UMR FARE

Transformation et valorisation des biomasses lignocellulosiques par voies biotechnologiques

UR BIA

Fractionnement biomasses végétales, matériaux biosourcés, modélisation et ingénierie des connaissances

Partenaires extérieurs

Institut Paul Bocuse (IPB)

Marketing, comportement des producteurs de déchets (restaurateurs)