En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

ASIRPA Analyse de l'impact sociétal de la recherche

ASIRPA: impact sociétal de la recherche

Piloter la recherche vers les impacts sociétaux : la méthode Asirpa en temps réel

Mireille Matt
Comprendre en 3 mn comment piloter son projet de recherche grâce à ASIRPA temps réel. Trois questions à Mireille Matt sur la construction du chemin d’impact des projets de recherche en temps réel.

Quel est l’objectif de la méthodologie ASIRPA en temps réel ?

Mireille Matt : A la base, il y a l’idée que si l’on veut qu’un projet de recherche se traduise par des impacts dans la société, il faut qu’il y ait une démarche délibérée de le faire. Cela ne se fait pas naturellement… La méthodologie que nous développons vise à aider les chercheurs à concevoir leurs projets de recherche avec cette volonté d’impacts. Tous les projets ne s’y prêtent pas, mais, par exemple, si l’on considère le Programme prioritaire de recherche appelé « Cultiver et protéger autrement » (PPR CPA, (1)), qui nous sert de pilote depuis 2021, les objectifs sociétaux sont très clairs :  développer une agriculture sans pesticides en 2040, même si les chemins pour y arriver sont inconnus. C’est un programme ambitieux qui impacte l’ensemble de la société, des producteurs aux consommateurs. Il importe donc que les chercheurs intègrent ces objectifs dès le départ et pensent à la fois à explorer des fronts de science mais aussi à identifier les leviers à actionner dans la société (réglementation, création de nouveaux marchés, stratégies territoriales etc.) et les partenaires qui peuvent être mobilisés (instituts techniques, collectifs d’agriculteurs, entreprises etc.)

Qu’est-ce que ça signifie concrètement ?

M. M. : Nous nous inspirons de l’expérience acquise par les quelques 60 études de cas d’impacts a posteriori. Un des outils mobilisés dans la méthode ASIRPA consiste à construire un « chemin d’impact », à la différence près que ce chemin est construit a priori, et non a posteriori. Comment peut-on faire cela ? En partant des objectifs sociétaux ! Dans le cas du PPR cité précédemment, on traduit d’abord ces objectifs très globaux en objectifs plus détaillés : se passer de pesticides, cela implique de nouveaux systèmes agricoles, le contrôle biologique des ravageurs des cultures, des consommateurs sensibilisés, etc. Puis on cherche des objectifs atteignables à plus court terme, par exemple : des systèmes innovants à l’échelle territoriale, de nouveaux produits et de nouveaux marchés, de nouvelles activités professionnelles. Ensuite, les chercheurs adaptent leur projet de recherche en fonction des impacts désirés. Ils identifient également les parties prenantes à impliquer et les verrous qui doivent être levés, entre autres : l’acceptation réglementaire des mélanges de variétés végétales, la reconnaissance des méthodes de biocontrôle, une épidémiosurveillance renforcée, la standardisation des données etc. Ces chemins d’impact, une fois construits « à rebours », ne sont pas figés, ils évoluent au fil des recherches et des partenariats.

Comment aidez-vous les chercheurs dans cette démarche ?

M. M. : Nous travaillons étroitement avec les porteurs des dix projets du PPR « Cultiver et protéger autrement », à travers un programme de formation en ligne qui explicite les grands principes de la méthode ASIRPA en temps réel. Nous organisons aussi des ateliers de travail et des échanges réguliers. Chaque porteur de projet construit son chemin d’impact, puis nous les mettons en commun afin de dégager des synergies et d’assurer la cohérence de l’ensemble du programme. Nous mettons aussi à disposition des chercheurs une plateforme interne d’interactions pour partager les éventuelles difficultés et les conseils. Car ce n’est pas une démarche habituelle pour les chercheurs, elle les pousse hors de leur zone de confort. Certes, les chercheurs ont l’habitude de collaborer, ils ont des réseaux de partenaires, mais l’idée de piloter la recherche vers un objectif donné ne va pas de soi. Malgré tout, cette démarche est bien accueillie, beaucoup de chercheurs considèrent que les impacts sociétaux de leur recherche relèvent de leur responsabilité.

(1) PPR CPA (2021-2026) Lire l’article : 3 questions à… Christian Huyghe, sur le PPR « Cultiver et protéger autrement » https://www.inrae.fr/actualites/3-questions-christian-huyghe-ppr-cultiver-proteger-autrement

* Mireille Matt est chercheuse en Sciences de l’innovation et membre de l’équipe ASIRPA.