En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Anatomie pathologique Sante Animale

Zone de texte éditable et éditée

Actions de recherche

Expression de dystrophine dans un muscle dystrophinopathe
© APEX 2013
APEX établit des collaborations scientifiques variées avec des organismes publics (INRA, INSERM, CEA, IFREMER...).

Immunopathogénie de l’infection par des Alphavirus (Chikungunya et Ross-River Virus)

Collaboration initiée en novembre 2006 avec Pierre Roques (CEA, Service d'ImmunoVirologie, Fontenay-aux-Roses) et élargie depuis début 2008 à Andreas Suhrbier (Queensland Institute of Medical Research, Brisbane, Australie).
En 2005 et 2006, près de 300 000 cas de Chikungunya ont été recensés sur l’Île de la Réunion, 250 patients sont décédés. La réémergence du virus responsable de cette maladie, en Inde et dans les îles de l’Océan Indien, a souligné la nécessité de mieux en comprendre les mécanismes afin de trouver les moyens de la prévenir.
Depuis les résultats obtenus sur la caractérisation de la physiopathogénie du chikungunya sur un modèle d’infection simien (Labadie et al, J Clin Invest, 2010), nous avons développé un modèle murin adulte (Gardner J et al., J Virol, 2010). Ce modèle d'infection a ensuite été reproduit sur des souris KO pour des molécules impliquées dans l'activation des macrophages (CCR2; IRF3&7). L'objectif du suivi immunopathologique et du phénotypage lésionnel est la compréhension à l'échelle moléculaire des mécanismes impliqués dans la physiopathogénie des douleurs articulaires chroniques associées à l’infection par le virus du Chikungunya.
D’autre part nous continuons l’exploration de la physiopathogénie des alphavirus sur le modèle simien en comparant les effets à moyen terme de l’infection par les virus Ross River et Chikungunya.

Publication

Rudd PA, Wilson J, Gardner J, Larcher T, Babarit C, Le TT, Anraku I, Kumagai Y, Loo YM, Gale M Jr, Akira S, Khromykh AA, Suhrbier A. Interferon Response Factors 3 and 7 Protect against Chikungunya Virus Hemorrhagic Fever and Shock. J Virol, 2012, 86 : 9888-98

Communication

Dupuis Maguiraga L, Larcher T, Vezmar K, Dereudre-Bosquet N, Babarit C,  Delache B, Le Grand R, Roques P. Physiopathologie de l’infection par les alphavirus arthrogéniques: comparaison entre le virus de la rivière Ross et le virus Chikungunya. In: Journées Francophones de Virologie, Paris, 29-30 mars 2012

Identification de facteurs de virulence de virus Influenza chez le poulet et le canard

Étude initiée en avril 2007 avec Nadia Naffakh (Institut Pasteur, Génétique moléculaire des virus respiratoires, Paris) et Daniel Marc (Département : Santé animale, Unité : IASP, Nouzilly) dans le cadre d’un PTR INRA-IP et poursuivie à partir de mai 2008 grâce au FRIA. Un financement par l’ICSA a été obtenu pour les années 2011 et 2012.
Les virus de la grippe aviaire sont identifiés comme un problème majeur de santé publique en raison de leur capacité à être transmis épisodiquement à l'Homme sous forme pandémique (pandémie de grippe A en 2009 et risque ressenti de pandémie de grippe H5N1 depuis les premiers cas chez l’Homme en 1997). Une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires à l'origine de l'acquisition de cette capacité à franchir les barrières d'espèces apparait nécessaire.
L'analyse lésionnelle et l'étude de la distribution tissulaire du virus chez le canard et la poule permettent de documenter et de comparer la pathogénicité de différentes souches virales mutantes obtenues par génétique inverse par rapport au virus sauvage. L'objectif de cette étude est de comprendre les mécanismes précoces à l'origine du passage des barrières d'espèces.

Publication

Hoffmann T, Munier S, Larcher T, Soubieux D, Ledevin M, Esnault E, Tourdes A, Croville G, Guérin JL, Quéré P, Volmer R, Naffakh N, Marc D. Length variations in the NA stalk of an H7N1 influenza virus have opposite effects on viral excretion in chickens and ducks. J Virol, 2012, 86 : 584-8

Communication

Hoffmann TW, Munier S, Larcher T, Soubieux D, Esnault E, Tourdes A, Croville G, Guérin JL, Quére P, Volmer R, Naffakh N, Marc D. La longueur de le tige de la neuraminidase d’un virus influenza aviaire H7N1 produit des effets opposés chez le poulet et le canard. In: Journées Francophones de Virologie, Paris, 29-30 mars 2012

Altérations physiopathologiques de poissons zèbres exposés à des polluants environnementaux

Programme ANR ConPhyPop de 3 ans initié en septembre 2009 et coordonné par X. Cousin (IFREMER, L’Houmeau).
De nombreux contaminants d'origine anthropique, émis à des niveaux croissants dans l'environnement, s'accumulent dans les milieux aquatiques où leur impact sous forme de mélanges complexes avec les sédiments est inconnu. L'objectif du programme ConPhyPop est de documenter les conséquences physiologiques de l'exposition aux hydrocarbones polyaromatiques (PAH) en utilisant le poisson zèbre comme espèce modèle.
La contribution d'APEX consiste à identifier les conséquences physiopathologiques à long terme en particulier l’effet cancérigène. Les premiers travaux ont pu mettre en évidence des effets sur les fonctions de l'immunité (augmentation de la sensibilité à certains agents pathogènes), de la reproduction (dégénérescence folliculaire) et sur la cancérogénèse (identification de lésions prénéoplasiques et néoplasiques).

Communication

Cousin X, Daouk T, Péan S, Vignet C, Larcher T, Roupsard F, Lyphout L, Leguay D, Loizeau V, Bégout M. Long term food-exposure to PCB mixtures induces reproductive and behavioural disruptions in Zebrafish. In: SETAC World congress, Berlin, 20-24 mai 2012

Modulation de la réponse immunitaire vis-à-vis du transgène en thérapie génique

Collaboration avec Oumeya Adjali (UMR 649 INSERM, Nantes).
De plus en plus d’études, sur des modèles animaux et maintenant chez l’homme, décrivent comme immunogène le transfert de gène in vivo à l’aide de vecteurs AAV recombinants (AAVr), et ce en particulier lorsqu’ils sont administrés dans le muscle. Les réponses immunes observées, à la fois humorales et cellulaires, peuvent être dirigées contre le transgène ou à l’encontre de la capside virale, et sont responsables d’une inefficacité du transfert de gène, et parfois même d’une destruction délétère d’origine cytotoxique du tissu transduit.
Nous participons à un projet visant à disséquer les mécanismes mis en jeu lors de la réponse immune vis-à-vis du transgène. La relation entre le vecteur AAV, le site d’injection musculaire et le système immunitaire locorégional est explorée après injection intramusculaire (IM) d’un AAVr de sérotype 8 exprimant l’eGFP chez la souris et le macaque. La contribution d’APEX à cette étude consiste à rechercher la présence de transgène dans le muscle, la rate et les ganglions drainant, à identifier les cellules transduites dans les différents organes et à caractériser les foyers inflammatoires.

Communication

Gernoux G, Devaux M, Dubreil L, Jaulin N, Guibaud M, Deschamps JY, Larcher T, Guigand L, Dutilleul M, Cherel Y, Moullier P, Adjali O. Macaque immune responses following AAV-based gene transfer to the skeletal muscle: addressing the method of vector delivery. In:  ESGCT, Versailles, 25-29 octobre 2012

Epigénétique et expression d’un transgène à partir d’un vecteur AAV après injection intramusculaire chez une souris saine

Collaboration avec P. Moullier et A. Léger (U1089 INSERM, Nantes).
Le transfert de gène à l’aide de vecteurs AAV recombinants (AAVr) permet une expression stable du transgène in vivo après une simple injection intramusculaire d’un vecteur AAVr. L’objectif est d’évaluer l’impact des modifications épigénétiques sur le niveau d’expression d’une protéine thérapeutique après administration intramusculaire (IM) d’un vecteur AAVr.
Deux études ont été mises en place successivement chez la souris saine et chez  la souris mdx, modèle de la dystrophie de Duchenne, pour évaluer l’implication de mécanismes épigénétiques sur l’expression de la protéine thérapeutique dans 2 tissus quiescents : le muscle squelettique et le foie après administration IM d’un AAV 2/8-RSV-eGFP. La contribution d’APEX a cette étude consiste à la recherche de transgène dans le muscle, la quantification du transgène exprimé dans le muscle et la caractérisation des foyers inflammatoires associés à l’expression du transgène.

Caractérisation de la population cellulaire infectée par le CAEV dans les tissus de l’appareil génital de la chèvre et du bouc

Collaboration avec l’UPSP RSB ONIRIS et la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de AL-Baath, Hama, Syrie
Ce projet dirigé par Francis Fieni (UPSP RSB Oniris), a pour objectif de caractériser les populations cellulaires infectées par le virus de l’encéphalite arthrite caprine (CAEV) dans les tissus de l’appareil génital de la chèvre et du bouc. Notre contribution à cette étude consiste à participer au choix des anticorps et des sondes fluorescentes, valider les protocoles d’immunomarquages, réaliser les acquisitions en microscopie confocale et les analyser. Nous avons montré que les cellules épithéliales de la corne utérine de chèvre étaient les cellules cibles du CAEV. Nous avons également montré la présence de CAEV dans les testicules de Boucs infectées.

Publications

Al Ahmad MZA, Dubreil L, Chatagnon G, Khayli Z, Theret M, Martignat L, Chebloune Y, Fieni F. Goat uterine epithelial cells are susceptible to infection with caprine arthritis encephalitis virus (caev) in vivo. Vet Res. 2012;43:1-7
Lamara A, Fieni F, Chatagnon G, Larrat M, Dubreil L, Chebloune Y. Caprine arthritis encephalitis virus (CAEV) replicates productively in cultured epididymal cells from goats. Comp Immunol Microbiol Infect Dis.  2013; S0147-9571(13)00016-7

Caractérisation phénotypique des cellules dendritiques, stimulées par un agoniste de la voie β2-adrénergique

Collaboration avec J. Hervé et P. Blancou (UMR 707 IECM ONIRIS).
L’objectif est de déterminer les effets in vitro et in vivo de la stimulation β2-adrénergique sur la cross présentation des antigènes par les cellules dendritiques. Dans ce projet, nous apportons notre expertise en microscopie confocale et en analyse morphométrique pour phénotyper les cellules dendritiques avant et après stimulation. Nous avons localisé et quantifié NFκB ainsi qu’un peptide spécifique du complexe CMH sur les cellules dendritiques avant et après stimulation, avec du salbutamol, agoniste β2-adrénergique.

Publication

Hervé J, Dubreil L, Tardif V, Terme M, Pogu S, Anegon I, Rozec B, Gauthier C, Bach J, Blancou P. B2-adrenoreceptor agonist inhibits antigen cross-presentation by dendritic cells. J Immunol. 2013;180:3163-3171