En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo AgroEcoDiv Cirad Université des Antilles

Agroecodiv

Portrait de Damien Hubert

Technicien de la ferme-pilote « La co-construction de la ferme comme originalité d’AgroEcoDiv »

Portrait de Damien Hubert
© INRAE@D.Denon
Technicien à INRAE depuis 7 ans maintenant, Damien œuvre quotidiennement à la gestion de la ferme-pilote agroécologique du Domaine de Duclos (Petit-Bourg). Avec son expérience, Damien met en lumière la co-construction de la ferme, comme une des originalités du projet AgroEcoDiv et rend compte de controverses, nécessaires au processus de stabilisation des choix.

INRAE et la ferme-pilote, des lieux de co-construction de l’agroécologie

Damien connait INRAE depuis son enfance, car ses parents, agriculteurs, venaient acheter des fleurs d’anthuriums sur le site de Duclos pour leur exploitation. Depuis, en tant que membre du groupe co-concepteur et technicien agricole, il apporte autant qu’il retire des savoirs techniques sur la ferme-pilote.

 Océane : Qu’as-tu appris depuis que tu travailles à l’INRA ?

Damien : Depuis que je suis à l’INRA, j’ai appris un peu plus de techniques, de méthodes de travail, comme le compostage que j’ai appris ici ; les PIF, les Plants Issus de Fragmentation de bananes ; les rotations de cultures… Toutes les techniques que j’ai apprises ici m’ont permis d’évoluer.

Océane : Quels sont les limites et leviers à l’adoption d’innovations agroécologiques ?

Damien : Je pense qu’un agriculteur sera toujours motivé pour utiliser tout ce qui est en agroécologie. Il sera motivé pour utiliser du fumier pour mettre dans ses plantes, il sera motivé pour ne pas utiliser trop d’intrants. Ce qui va le gêner, c’est les quantités. Par exemple, il veut mettre du fumier dans sa banane. Je pense qu’il va avoir un problème de quantité produite dans sa ferme et il sera obligé d’aller chercher ailleurs, parce que la quantité qu’il va produire ne va pas suffire pour mettre en place sa culture.

 Océane :  Pour toi quelle est l’originalité d’AgroEcoDiv ?

Damien : C’est d’associer les agriculteurs, pour co-construire avec eux. Parce que c’est eux qui sont sur le terrain, parce que le chercheur il a une vision très théorique et nous on est plus pratique, on est sur le terrain. Il y a des stratégies qu’on doit voir qu’il ne va peut-être pas voir. Je pense que la ferme-pilote va donner des idées à l’agriculteur pour avoir plus d’autonomie sur son exploitation, à observer son exploitation. Il va falloir qu’il observe son exploitation pour voir les atouts de son exploitation, essayer de faire un état des lieux et la ferme-pilote donne des idées pour aider l’agriculteur à innover.

 Océane : Comment est né le projet de la ferme-pilote ?

Damien : Ça a commencé avec la co-conception. Audrey [Fanchone] nous a réuni, pour pouvoir donner nos avis, nos idées sur comment améliorer l’agriculture du futur en Guadeloupe. J’ai accepté. On est à plusieurs, de différentes branches, des professionnels dans leur secteur.

La co-conception en pratique et en controverse : poule djenm ou coq blanc ?

En effet, une des innovations expérimentées sur la ferme-pilote consiste à rassembler différents professionnels du monde agricole pour définir les objectifs, les cultures, les itinéraires techniques, le calendrier… de la ferme-pilote. Ce ne sont pas moins de 5 agriculteurs, 9 chercheur.se.s, 4 techniciens qui apportent leurs compétences et savoirs pour la prise de décisions. Et ce n’est pas toujours évident…

 Océane : Comment ça se passe entre vous ?

Damien : Ça se passe bien. On a souvent avec Audrey des réunions de travail pour définir ce qu’on va faire, ce qui a été fait, comment faire, comment améliorer, qu’est-ce qu’il faut rajouter ? Donc on se concerte souvent pour voir l’avancement du projet. Dès le départ, on a eu des réunions pour dire qu’est-ce qu’on va mettre. Donc on nous a fait des propositions, chacun était penché sur une feuille, pour dire « oui je suis d’accord parce que ». Et on réunissait tous les papiers pour dire : « M. Untel est d’accord pour ça », et après il y avait une discussion qui était faite pour prendre la décision finale. Et on prenait tous ensemble la décision. Il n’y a pas eu de ratés à ce niveau-là.

 Océane : Il y a des fois où vous n’étiez pas d’accord ?

Damien : Oui. A un moment il y avait les poules. Il y a ceux qui voulaient mettre des poules djenm, des poules d’ici, locales. Et d’autres voulaient mettre des coqs blancs. Donc il y a eu une discussion pour dire que les poules djenm risquent de voler, de s’échapper, et on risque de les perdre. Alors que les coqs blancs, ça ne s’envole pas facilement et ça va rester là.

 Océane : Qu’est-ce qui a été décisif pour ce choix ?

Damien : Parce qu’on s’est rendu compte que ce n’est pas ce que l’agriculteur cherchait. Ce qu’il cherchait en général en Guadeloupe c’est ce qui lui apportera un revenu et sera plus efficace. Alors qu’avoir un truc spécial, comme les poules djenm, ce n’est pas tout le monde qui mange ces poules-là, c’est très spécial. Donc, on a été plus sur la généralité, que sur la spécialisation des poules.

Entretien réalisé par Océane Biabiany, avec Damien Hubert (août 2020)