En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal Logo AgroEcoDiv Cirad Université des Antilles

Agroecodiv

Portrait de Damien Hubert

Technicien de la ferme-pilote « La co-construction de la ferme comme originalité d’AgroEcoDiv »

Portrait de Damien Hubert
© INRAE@D.Denon
Technicien à INRAE depuis 7 ans maintenant, Damien œuvre quotidiennement à la gestion de la ferme-pilote agroécologique du Domaine de Duclos (Petit-Bourg). Avec son expérience, Damien met en lumière la co-construction de la ferme, comme une des originalités du projet AgroEcoDiv et rend compte de controverses, nécessaires au processus de stabilisation des choix.

INRAE et la ferme-pilote, des lieux de co-construction de l’agroécologie

Damien connait INRAE depuis son enfance, car ses parents, agriculteurs, venaient acheter des fleurs d’anthuriums sur le site de Duclos pour leur exploitation. Depuis, en tant que membre du groupe co-concepteur et technicien agricole, il apporte autant qu’il retire des savoirs techniques sur la ferme-pilote.

 Océane : Qu’as-tu appris depuis que tu travailles à l’INRA ?

Damien : Depuis que je suis à l’INRA, j’ai appris un peu plus de techniques, de méthodes de travail, comme le compostage que j’ai appris ici ; les PIF, les Plants Issus de Fragmentation de bananes ; les rotations de cultures… Toutes les techniques que j’ai apprises ici m’ont permis d’évoluer.

Océane : Quels sont les limites et leviers à l’adoption d’innovations agroécologiques ?

Damien : Je pense qu’un agriculteur sera toujours motivé pour utiliser tout ce qui est en agroécologie. Il sera motivé pour utiliser du fumier pour mettre dans ses plantes, il sera motivé pour ne pas utiliser trop d’intrants. Ce qui va le gêner, c’est les quantités. Par exemple, il veut mettre du fumier dans sa banane. Je pense qu’il va avoir un problème de quantité produite dans sa ferme et il sera obligé d’aller chercher ailleurs, parce que la quantité qu’il va produire ne va pas suffire pour mettre en place sa culture.

 Océane :  Pour toi quelle est l’originalité d’AgroEcoDiv ?

Damien : C’est d’associer les agriculteurs, pour co-construire avec eux. Parce que c’est eux qui sont sur le terrain, parce que le chercheur il a une vision très théorique et nous on est plus pratique, on est sur le terrain. Il y a des stratégies qu’on doit voir qu’il ne va peut-être pas voir. Je pense que la ferme-pilote va donner des idées à l’agriculteur pour avoir plus d’autonomie sur son exploitation, à observer son exploitation. Il va falloir qu’il observe son exploitation pour voir les atouts de son exploitation, essayer de faire un état des lieux et la ferme-pilote donne des idées pour aider l’agriculteur à innover.

 Océane : Comment est né le projet de la ferme-pilote ?

Damien : Ça a commencé avec la co-conception. Audrey [Fanchone] nous a réuni, pour pouvoir donner nos avis, nos idées sur comment améliorer l’agriculture du futur en Guadeloupe. J’ai accepté. On est à plusieurs, de différentes branches, des professionnels dans leur secteur.

La co-conception en pratique et en controverse : poule djenm ou coq blanc ?

En effet, une des innovations expérimentées sur la ferme-pilote consiste à rassembler différents professionnels du monde agricole pour définir les objectifs, les cultures, les itinéraires techniques, le calendrier… de la ferme-pilote. Ce ne sont pas moins de 5 agriculteurs, 9 chercheur.se.s, 4 techniciens qui apportent leurs compétences et savoirs pour la prise de décisions. Et ce n’est pas toujours évident…

 Océane : Comment ça se passe entre vous ?

Damien : Ça se passe bien. On a souvent avec Audrey des réunions de travail pour définir ce qu’on va faire, ce qui a été fait, comment faire, comment améliorer, qu’est-ce qu’il faut rajouter ? Donc on se concerte souvent pour voir l’avancement du projet. Dès le départ, on a eu des réunions pour dire qu’est-ce qu’on va mettre. Donc on nous a fait des propositions, chacun était penché sur une feuille, pour dire « oui je suis d’accord parce que ». Et on réunissait tous les papiers pour dire : « M. Untel est d’accord pour ça », et après il y avait une discussion qui était faite pour prendre la décision finale. Et on prenait tous ensemble la décision. Il n’y a pas eu de ratés à ce niveau-là.

 Océane : Il y a des fois où vous n’étiez pas d’accord ?

Damien : Oui. A un moment il y avait les poules. Il y a ceux qui voulaient mettre des poules djenm, des poules d’ici, locales. Et d’autres voulaient mettre des coqs blancs. Donc il y a eu une discussion pour dire que les poules djenm risquent de voler, de s’échapper, et on risque de les perdre. Alors que les coqs blancs, ça ne s’envole pas facilement et ça va rester là.

 Océane : Qu’est-ce qui a été décisif pour ce choix ?

Damien : Parce qu’on s’est rendu compte que ce n’est pas ce que l’agriculteur cherchait. Ce qu’il cherchait en général en Guadeloupe c’est ce qui lui apportera un revenu et sera plus efficace. Alors qu’avoir un truc spécial, comme les poules djenm, ce n’est pas tout le monde qui mange ces poules-là, c’est très spécial. Donc, on a été plus sur la généralité, que sur la spécialisation des poules.

Entretien réalisé par Océane Biabiany, avec Damien Hubert (août 2020)