En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

AgriBEA-Bien-Etre-Animal

Réseau Agri Bien-Etre Animal

(AgriBEA)

Quand la recherche propose des améliorations en élevage

Site Réussir lait le 05/12/2014

Le bien-être animal n’est pas synonyme de contraintes.

C’est ce qui ressort d’un congrès international qui s’est tenu à Clermont-Ferrand début septembre [WAFL 2014].

L’élevage des veaux fait l’objet de nombreuses interrogations de la part des citoyens qui trouvent barbare la séparation vache-veau, par analogie au lien mère-enfant. Une étude présentée début septembre à Clermont-Ferrand mériterait de leur être présentée. Elle montre que plus les jeunes restent avec leur mère longtemps (1, 2 ou 3 jours), plus le stress qui suit la séparation est grand. Cela correspond bien à l’expérience des éleveurs qui constatent bien que ni le veau, ni la mère ne semblent pâtir d’une séparation précoce. Quand un résultat scientifique permet de confirmer une intuition, il ne faut pas hésiter à communiquer !

Des tétines en dehors des périodes de distribution de lait pour déstresser

Les veaux élevés collectivement s’adaptent plus vite à un changement de leur environnement que les veaux élevés individuellement ; une autre étude sérieuse montre ainsi cette intelligence collective du groupe. Les arguments sanitaires qui poussent à la case individuelle ne sont plus les seuls à être pris en compte en élevage.

La douleur qui suit l’écornage dans les 24 heures perturbe le mental des veaux et les rend disons « pessimistes », comme l’illustre un protocole astucieux et innovant mis au point par des Canadiens en conditionnant l’accès au lait par la vision d’une couleur sur un écran. La nécessité de prendre en compte la douleur en sort renforcée. Selon des Finlandais, l’effet des anti-inflammatoires est plus marqué avec le fer qu’avec la pâte à écorner, et gagnerait à s’étaler sur cinq jours. Quant à la présence de tétines en dehors des périodes de distribution de lait, elle contribue à déstresser les jeunes. Une brosse fixe tend au même résultat.

Pour les adultes, la recherche aussi fournit des indications sérieuses qui demandent à être interprétées. Lorsque les enquêtes en élevages font ressortir de grandes variations entre élevages (par exemple de 10 à 60 % de vaches boiteuses par troupeau), cela ouvre la voie à de possibles améliorations en identifiant les facteurs de risques associés. Un lien net se confirme entre logettes et boiteries. Une étude a montré qu’il suffisait simplement de compter les vaches très boiteuses pour estimer l’ensemble des problèmes ; les vaches couchées en dehors des logettes sont un autre indicateur. Ce qui simplifie le travail.

Plus l’élevage est serein, meilleure est la production

Pour deux paramètres donnés, des liens sont souvent établis, mais demandent à être examinés avec du recul. Comme l’illustre un suivi en étables entravées nord-américaines, centré sur le temps passé couché comme paramètre de bien-être : le taux de réforme est plus élevé dans les élevages où des vaches passent plus de 15 heures ou moins de 9 heures couchées. Et dans les étables où 70 % des vaches passent plus de 12,5 heures couchées, globalement on observe moins de boiteries, moins d’atteintes aux jarrets et aux genoux. Mais ce qui est vrai au niveau d’un troupeau ne l’est pas forcément au niveau d’une vache ! Certaines boiteuses restent longtemps au sol alors que d’autres peinent à se retrouver à terre.

La recherche innove quand elle propose d’évaluer les rapports animal-éleveur à partir de la mesure des distances de fuite, et les rapports des animaux entre eux aux nombres de conflits par heure. Une étude française montre que plus l’élevage est serein, meilleure est la production.

« L’éleveur est le maître, le scientifique le valet », affirmait un chercheur néerlandais. Sans aller jusque-là, c’est bien dans l’esprit d’aller et retour permanents entre les deux familles que l’on progresse. Et que l’on trouve des méthodes fiables d’évaluation qui soient faciles d’emploi.

Etude danoise

Les Danois ont montré qu’une combinaison d’observations sur un même animal (position de la tête, des oreilles, posture du dos, attitude attentive ou pas, expression faciale) discriminait bien les vaches qui « ont mal », quel que soit l’observateur, et quelle qu’en soit la cause.

Accès au document