En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

AgriBEA-Bien-Etre-Animal

Réseau Agri Bien-Etre Animal

(AgriBEA)

Lettre n°6 - Juin 2000

L’élevage moderne est souvent source de critiques. Celles-ci sont–elles justifiées ? Quel est le niveau réel de bien-être pour les animaux dans les conditions de leur élevage ? La réunion AGRI Bien-être animal du 7 juin dernier avait pour objet de décrire l’état d’avancement de la question dans les productions intensives les plus touchées : les volailles, les porcs, les veaux de boucherie et les poissons.

Compte-rendu réunion du 7 juin 2000, Rennes : « Bien-être et Elevage »

Prunier a introduit la journée en exposant les principales définitions du bien-être :

état d’harmonie selon Hughes, absence de souffrance selon Dawkins, possibilités d’ajustement selon Broom, 5 libertés du FAWC (absence de faim, soif, malnutrition /présence d’abris et confort / absence de maladies et blessures / absence de peur / expression des comportements) et les 3 principes de Fraser (absence de douleur, de peur, détresse ; fonctionnement normal de l’organisme, existence d’expériences positives).

Elle a ensuite brossé un tableau général des sources éventuelles de mal-être dans les élevages : causes physiques (manque de place, absence de litière, ventilation inadaptée…), causes sociales (densité, taille de groupe importante), causes alimentaires (restriction, déséquilibre), causes génétiques (trop forte croissance, hyperprolificité…), interventions humaines (mutilations, gavage, sevrage ultra-précoce).

Dans les 4 exposés suivants, les réponses techniques apportées aux éleveurs par les organismes de développement ont été présentées. M. Le Coat (FFA) a fait le point sur la filière piscicole, en insistant sur la nécessité de considérer, non pas les problèmes de densité considérés de façon isolée, mais d’inclure la qualité de l’eau (teneur en oxygène, en ammoniac,...)

Puis les instituts techniques ont présenté leurs travaux :

Dans les filières de volailles (L. Mirabito ITAVI) :

travaux sur la densité en élevage de dinde, sur le mode de logement des canards gras (cage collective), sur l’enrichissement du milieu chez la poule et la dinde (perchoirs, boites de ponte, aliment complet…) et les lapines (plate-forme de repos), sur les systèmes alternatifs (gestion sanitaire et environnementale des élevages sur parcours).

Par ailleurs M. Mirabito nous a fait part d’une enquête en cours auprès d’un groupe de 1000 consommateurs sur la perception du mode d’élevage de la poule pondeuse.

Dans la filière porc (V. Courboulay, ITP) :

travaux sur le transport (formation des chauffeurs, aménagement des camions, recherche des causes de défauts de carcasses), travaux sur le logement des truies (nature du sol, comparaison groupes vs en stalles). Mme Courboulay nous a également fait part d’une augmentation croissante de la prise en compte des problèmes de bien-être chez les éleveurs bien que les systèmes proposés (comme l’élevage des truies en groupe) soient vécus comme contraignants.

Dans la filière vitelière (G. Bertrand, I.E.) :

travaux sur les alternatives possibles de logement dans le cadre de la directive européenne (comparaison logement collectif en petits groupes avec alimentation au seau vs en grands groupes avec nourrisseur automatique, avec évaluation du coût et de la charge de travail pour l’éleveur). Le début de l’après-midi a été consacré aux aspects socio-économiques. C. Gourmelen (ITP) a présenté une étude prospective sur le surcoût lié à l’amélioration des élevages de porcs, les scénarios d’amélioration étant issus du dernier rapport du Comité Scientifique Vétérinaire de l’Union Européenne (1997). Le surcoût par kg de carcasse va jusqu’à 60c. K. Latouche (Inra – Rennes) nous a ensuite parlé du consentement à payer par les consommateurs pour des produits respectant le bien-être des animaux. Elle nous a fait part des difficultés d’une telle évaluation du fait de la dissociation entre les avis exprimés et le comportement de consommation, et également du fait de l’absence d’échelle absolue de bien-être. De plus, les méthodes classiques d’évaluation du consentement à payer ne permettent pas de prendre en considération les non-consommateurs.

Enfin, les recherches sur l’appréciation du bien-être des animaux menés au sein de l’Inra ont été présentées :

P. Prunet (Rennes) : les recherches sur le bien-être des poissons portent sur la densité en élevage et sur l’abattage. Une attention particulière est donnée à la recherche d'indicateurs de stress chronique, associant l’activité de l’axe corticotrope, la qualité du mucus, l’intégrité corporelle, le comportement… avec vraisemblablement une orientation vers la génomique fonctionnelle.

C. Arnould (Tours) : en volailles, les recherches finalisées sur le bien-être portent sur l’évaluation du gavage et des modes de logement, l’analyse des troubles locomoteurs et des anomalies comportementales (picage, cannibalisme), la définition d’indicateurs terrain (comportements prévenant des problèmes d’élevage, avec l’ITAVI). C. Arnould a insisté sur la complémentarité entre les études conduites en station (milieu contrôlé, analyse des motivations des animaux) et les études de terrain (conditions réelles de l’élevage).

M.C. Salaün (Rennes) : chez les truies, les travaux ont porté surtout sur l’alimentation, dans l’optique de trouver des moyens pour réduire la frustration liée à une restriction des apports. M.C. Salaün a mis en avant la nécessité de mieux comprendre les relations entre le comportement (par ex. réduction des stéréotypies lors que l’on offre des fibres) et la perception que l’animal a de la situation (plaisir ?). Les autres facteurs en cours d’étude sont le logement, les interventions douloureuses, le sevrage.

I. Veissier (Clermont) : parmi l’ensemble des facteurs susceptibles d’affecter le bien-être des veaux de boucherie (manque de place, isolement social, environnement monotone…), une attention particulière a été donnée à l’absence d’activités alimentaires (pas d’ingestion d’aliments solides, pas de rumination, pas de tétée). Il a été montré les activités orales non alimentaires (grignotages) dérivaient de l’activité d’ingestion d’aliments solides, et non de la rumination. Dans tous les exposés, la nécessité d’intégrer un ensemble de critères a été soulignée : critères comportementaux, physiologiques, sanitaires, zootechniques. Si elle est nécessaire, cette intégration n’est pas sans poser de problèmes lorsque les résultats divergent (par exemple comportement amélioré mais santé déprimée).

Il est proposé de poursuivre la réflexion sur les indicateurs de bien-être sous la forme d’un projet fédérateur. R. Dantzer a conclu cette journée en soulignant la nécessité de dépasser l’analyse descriptive (comparaison de systèmes) et de rechercher des éléments explicatifs de troubles observés afin de proposer des solutions d’élevage.

Un des objectifs du réseau AGRI Bien-être animal est de rapprocher les sciences biologiques des sciences humaines (analyses économiques et sociétales), ce point fera l’objet d’une attention particulière lors de la prochaine réunion du groupe.

L’AGRI bien-être animal sur le WEB

Le site Internet AGRI bien-être animal sera consultable début juillet. Afin de l’améliorer n’hésitez pas à faire part de vos remarques.

Très prochainement certains d’entre vous recevront un formulaire d’autorisation du traitement de données nominatives sur le réseau Inra.

Merci d’y répondre vite, l’autorisation d’ouverture du site en dépend.

Financement accordé par l’Inra

Les crédits accordés par la Direction générale de l'Inra aux activités du groupe Agri Bien-être animal se montent à 500 kF au titre de l'année 2000. Ces crédits iront au renforcement des axes retenus (émotions et cognition, perturbations des relations sociales, douleur) et au soutien de l'axe émergent sur les approches diagnostiques du bien-être animal.

Appel d’offre DGAL

L’appel d’offre de la DGAL pour les recherches en bien-être animal vient de sortir. Vous le trouverez en fichier attaché.

Attention, date limite : fin juillet !

Enseignement Rentrée scolaire 2000-2001 :

Ouverture d’un DEA « Cognition, Développement : Comportement et Cerveau » à l’Université de Tours-Orléans, Ecole Doctorale "Santé, Sciences, Technologies", Filière : Cognition, Comportement, Développement.

Responsable : Michel ISINGRINI, Département de Psychologie, 3, rue des Tanneurs – BP n° 4103, 37041 – TOURS-Cédex 1, Tél. 02.47.36.67.22 – Fax 02.47.36.64.84 – e-mail : isingrini@univ-tours.fr

L’ENITA de Clermont–Ferrand recherche des sujets de mémoires bibliographiques pour leurs étudiants de 3ième année. Les étudiants restent basés à Clermont-Ferrand mais les frais de recherche bibliographique sont à la charge du commanditaire.

Contact : A. Jordan, sujets à transmettre avant le 21 Août.

Prochain séminaire

Le prochain séminaire aura lieu le 20 septembre à Paris. Il ne sera pas ouvert aux participants extérieurs. Il aura pour objet de faire le point sur l'organisation et les activités du groupe d'animation transversale et sur les modalités de prise en compte effective du versant sociologique et éthique des recherches sur le bien-être animal.

Une large part sera consacrée à la discussion de ces différents aspects, de façon à permettre aux participants d'exprimer leurs points de vue et leurs souhaits.

Le programme et le lieu de la réunion seront communiqués début septembre.

Bonnes vacances !
Le comité de coordination F. Lévy, I. Veissier, R. Dantzer