En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

AgriBEA-Bien-Etre-Animal

Réseau Agri Bien-Etre Animal

(AgriBEA)

Lettre n°2 - Juin 1999

La première réunion de l’AGRI Bien-être Animal a eu lieu le 9 juin dernier. Une trentaine de chercheurs y ont assisté. Cette réunion avait pour objet de démarrer une animation scientifique autour de la réactivité émotionnelle et de planifier nos activités dans un proche avenir. Elle a également permis de faire le point avec Ch. Valin sur les objectifs et le fonctionnement de l’AGRI Bien-être Animal. Le compte-rendu de la réunion constitue l’essentiel de la présente lettre. Format de la vidéo:

Programme de la réunion du 9/6/99

9h45: Ch. Valin - Objectifs de l'AGRI Bien-être Animal;

10h50: P. Mormède: Dimensions de la réactivité et variations d'origine génétique;

11h20: J.M. Faure & A. Mills: Conséquences de la sélection pour la réactivité émotionnelle chez la caille ;

13h: A. Boissy & I. Veissier: La mesure de la réactivité émotionnelle dans des situations de stress chronique ;

13h30 : G. Després: La mesure des émotions des animaux à partir de la HRV; 14h: MF Bouissou: La mesure de la réactivité émotionnelle chez les ongulés domestiques (ovins, bovins, équins) ;

14h30: M. Vieirin: La mesure de la réactivité au cours de l'ontogénèse chez les ovins;

15h: MC Salaun & C. Vieuille: Analyse lexicale de la réactivité des truies;

15h20: discussion générale.

Questions – Réponses à Ch. Valin

Ch. Valin rappelle l’ampleur de la demande sociale de protection animale et le souci de la Direction Générale de s’engager dans une réflexion sur le statut de l’animal domestique dans notre société. La volonté de rassembler les recherches sur le bien-être des animaux tient à la nécessité d’une approche multidisciplinaire et à la dispersion géographique et administrative des équipes (plusieurs centres, plusieurs départements).

Or, ces équipes disposent déjà d’un passé collectif, grâce aux AIP. Au-delà du simple financement ‘coup de pouce’ que permettaient les AIP, notre direction nous demande d’organiser une «réelle vie collective», tout en ne superposant pas une nouvelle structure administrative. En bref, il s’agit de «se structurer dans l’informel» autour de projets scientifiques. Ch. Valin insiste sur le fait que l’AGRI Bien-être Animal pourra disposer d’un budget permettant de couvrir les actions d’animation scientifique mais qu’a priori il n’y aura pas d’argent en plus pour les actions de recherches.

Cependant, il insiste sur le fait que la coordination de nos activités de recherches doit permettre d’augmenter nos chances d’obtenir des financements extérieurs (auprès des ministères de tutelle par exemple) ainsi que des crédits incitatifs de l’Inra au titre d’actions transversales, inter-instituts ou intra-Inra. Pour ces derniers, l’avis du comité d’experts extérieurs de l’AGRI Bien-être Animal sera sollicité.

En ce qui concerne les moyens humains, la fonction de conseil qu’exerce l’AGRI Bien-être Animal auprès des départements est maintenue. Il ressort de la discussion que les projets transversaux, tel l’AGRI Bien-être Animal, sont un moyen de gérer les interactions entre départements et que l’articulation entre le projet et les départements doit apparaître dans les priorités affichées dans les schémas directeurs. Ch. Valin nous informe que la Direction Générale et les chefs de départements se réuniront le 7 juillet prochain pour statuer sur une philosophie de la transversalité.

Nos recherches sur la réactivité émotionnelle

Les exposés ont porté sur les méthodes de mesure, l’analyse des comportements et les variations lors d’états de stress. ·

Les méthodes
M.F. Bouissou et M. Vierin ont décrit les différents tests comportementaux utilisés pour apprécier la réactivité émotionnelle des animaux domestiques : open-field, exploration d’objet nouveau, surprise, immobilité tonique, suspension… L’interprétation est réalisée en corrélant les différents items comportementaux à une variable de référence, comme le temps passé à manger.

Chez les ovins, l’immobilité tonique n’est pas corrélée aux autres mesures, sauf chez les très jeunes agneaux. L’interprétation de ces tests mérite d’être précisée pour les différentes espèces domestiques. La composante somatique des émotions a été abordée par G. Després au travers de la variabilité de la fréquence cardiaque. Une fréquence cardiaque élevée peut être due à une activation de la branche sympathique du système nerveux autonome (système catécholaminergique) mais aussi à une levée du frein vagal (système cholinergique). Les variations de la fréquence nous renseignent sur l’équilibre entre ces deux contrôles. Les variations rapides sont essentiellement dues à l’activation du parasympathique alors que les variations lentes sont dues à la fois à l’activation du sympathique et du parasympathique. ·

L’analyse des données

A partir de l’exemple du comportement des rats soumis à l’open-field et au labyrinthe en croix surélevé (plus-maze), P. Mormède a proposé un mode d’interprétation des données comportementales selon trois variables synthétiques résultant d’une ACP:

la 1ère traduit l’émotivité (le temps passé au centre de l’open-field est opposé au temps passé dans les bras fermés du labyrinthe ; la 2ième, l’activité (déplacements) et la 3ième, l’activation des fonctions végétatives (défécations). Emotivité et activité doivent donc être dissociées, ce qui invalide l’opposition entre active et passive copers. Enfin, la composition des axes de l’ACP varie selon les souches d’animaux, ce qui pose la question de la généralité des 3 variables.

J.M. Faure a retracé les travaux de sélection divergeante des caractères d’émotivité (estimée par l’immobilité tonique) et de motivation sociale chez les cailles et leurs corrélats physiologiques. Là encore, la notion d’active vs passive copers est difficile à appliquer car l’interprétation varie selon les tests.

M.C. Salaun et C. Vieuille ont présenté leurs travaux portant sur la réactivité des truies en comparant deux analyses : l’Analyse en Composantes Principales et l’analyse lexicale. Cette dernière est bien adaptée pour travailler sur des croisements entre variables, comme l’activité de l’animal et sa position.

Stress et réactivité : Des stress répétés peuvent-ils modifier la réactivité ?

Cette question a été posée par A. Boissy. En fait, les modifications de réactivité dépendent de la nature des stress : l’impossibilité de contrôler l’environnement conduit à une apathie (peut-être due à une incapacité apprise), l’isolement social et l’instabilité sociale entraînent au contraire une hyper-réactivité. Plusieurs points ressortent de la discussion générale qui a suivi les exposés :
  • Distinction nécessaire entre émotions (réaction affective face à un événement), humeur (mood, état affectif stable lié à une situation) et tempérament (caractère d’un individu)

  • Approche éthologique : valeur adaptative des émotions, existence de peurs ancestrales.

  • Approche psychologique : classification des émotions selon le «clavier des émotions» (peur/joie/dégoût…) ou selon la nature des représentations à l’origine des émotions (approche cognitive, événement soudain vs progressif / contrôlable vs incontrôlable / correspondant ou non aux attentes … )

  • Dans nos recherches, nous nous intéressons essentiellement aux émotions négatives. Or les stress répétés peuvent également induire une perturbation des émotions positives (anhédonie).

  • L’intervention d’un conférencier extérieur spécialiste des émotions semble indispensable pour approfondir les aspects théoriques soulevés lors de cette discussion.

L’organisation de l’AGRI Bien-être Animal

La Direction Générale nous demande de décliner l’activité du groupe d'animation transversale en projets.

Plutôt qu’une organisation autour de projets appliqués (intéressants directement nos financeurs potentiels), le groupe décide de s’organiser autour de projets scientifiques, fédérateurs et s’inscrivant dans la durée.

D’après les priorités du schéma directeur de l’AGRI Bien-être Animal, il est décidé de proposer trois projets :
  • un sur les émotions (en relation avec les aspects sensoriels et cognitifs),

  • un sur la douleur,

  • un sur les critères d’évaluation du bien-être.

Les autres thématiques développées dans le schéma directeur sont néanmoins maintenues.

Les trois projets, qui ne doivent pas entraîner d’éclatement du groupe, seront soumis à la Direction Générale et aux départements le 7 juillet.

A vos agenda !

Prochaines réunions 23 Sept 99 (FIAP, Paris) - La douleur.

Programme provisoire :
D. Lebars: La nociception

M. Hay: Critères comportementaux et physiologiques

J. Servière: Comment élaborer une stratégie de recherche sur la douleur chez les animaux domestiques avec les outils neurobiologiques modernes ?

I.Veissier & A.Boissy: Analgésie due au stress

Ch. Leterrier : De l’os à la douleur

Nov 1999 : Ethique et Bien-être. Réunion du centre de Tours réunissant des philosophes, des sociologues et des biologistes.

Fin 1999 : Critères d’évaluation du bien-être.

Début 2000 : Psychologie et neurobiologie des émotions, avec la participation de conférenciers extérieurs.

Le comité de coordination I. Veissier, F. Lévy, R. Dantzer